byheaven / 123rf

Dans une récente tribune publiée dans le quotidien Le Monde, cet ancien chef économiste et directeur des études économiques du Crédit Lyonnais et membre du cabinet Deloitte France relève en effet que « dans le monde inquiet et confus qui est le nôtre, entre Donald Trump, la Chine, l’Italie, l’Iran et le reste, il suffit pour un investisseur de regarder ce qui se passe aux États-Unis pour savoir ce qui va se passer en Bourse ».

Toutefois, ajoute-t-il, « les choses pourraient changer », notamment parce que la première puissance économique mondiale « entre actuellement dans un territoire compliqué, celui de la prolongation de son cycle économique », et aussi parce que la Banque centrale européenne (BCE) cessera prochainement de mener « une politique monétaire ultra accommodante qui consiste à acheter des bons du trésor ».