Finance et investissement - À vendre par le mandataire
Concours
 
See also Investment Executive Dimanche 24 septembre 2017 FINANCE ET INVESTISSEMENT en page d'accueil

Finance Investissement

Finance et Investissement.com
L'ASSURANCE D'UNE VIE

À vendre par le mandataire

Envoyer à un ami

ZONE EXPERTS - Ne pourrait-on dire que le mandat de protection est au mandant ce que le testament est aux héritiers; une lettre d'instruction destinée à orchestrer la dévolution du patrimoine d'une personne dans le meilleur intérêt financier et fiscal des bénéficiaires, d'elle-même et/ou de sa succession?


Car si l'accident de voiture ou l'accident vasculaire cérébral ne sont pas mortels mais plutôt fatals en termes de perte d'autonomie ou d'aptitude, le ou les mandataires à la personne et aux biens devront prendre les mesures nécessaires pour combler les besoins de la victime et voir aux obligations de cette dernière envers sa famille, ses créanciers et son entreprise, le cas échéant.

Prenons l'exemple de Mme L., copropriétaire d'une entreprise en pleine expansion. Elle apprit récemment que sa voisine avait subi un grave accident de vélo. Après plusieurs jours dans le coma cette dernière s'est réveillée paralysée par endroits, victime d'un traumatisme la privant en partie de ses capacités intellectuelles et physiques. À même ce drame, Mme L. a pu constater les dommages financiers causés par ce malheur.

Âgée de 45 ans, à la tête d'une société embauchant 75 personnes, Mme L. a toujours été réticente à la pensée de souscrire de l'assurance individuelle de prestations du vivant puisque l'assurance collective la protégeait suffisamment en cas d'invalidité de longue durée. Sauf que l'accident de sa voisine l'a fait réfléchir sur les conséquences qu'un tel drame aurait dans sa propre vie.

« Quel mécanisme de rachat prévoit déjà la convention entre actionnaires dans le cas de l'incapacité totale de l'un des partenaires? Le mandataire nommé pour administrer ses biens à elle aurait sûrement à vendre ses actions en vertu de cette convention si la situation l'y forçait. À quel prix et comment? Les clauses rédigées à cet effet ne sont pas directement financées par de l'assurance alors qu'une assurance vie est en place pour le désintéressement au décès. Qui plus est, sans son apport à l'entreprise, les résultats d'exploitation de la société risqueraient de se détériorer et les créanciers pourraient mal réagir aux pressions exercées par le mandataire souhaitant encaisser la valeur de ses actions »

Mme L. se rappelle aussi que la rente mensuelle d'invalidité à être versée par l'assurance collective est basée uniquement sur son salaire et ne tient pas compte du prorata des bénéfices annuels générés dans l'entreprise, fruits de son labeur. Où prendrait-elle les liquidités pour ses soins de santé supplémentaires puisque la seule protection qu'elle détient protège ses dépenses essentielles actuelles ?

Et si la voisine avait été son associée? Comment aurait-elle pu racheter ses parts et la remplacer dans l'entreprise? Emprunter davantage?

Autant de questions que le mandataire devra négocier au fil du temps pour subvenir aux besoins temporaires de la famille du mandant et aux soins prolongés de sa personne. Vendre les actions de la société, le CELI, les placements, la maison, le chalet, les régimes de retraite ...


La gestion des risques du vivant


Voici un exemple de programme de protections du vivant que Mme L. pourrait se procurer:

-L'assurance invalidité individuelle complémentaire offre un revenu mensuel dans le cas d'une invalidité telle que définie dans le contrat. Les prestations peuvent être versées jusqu'à l'âge de 65 ans et sont généralement beaucoup plus complètes que celles offertes avec l'assurance collective. Elle comprend souvent des clauses d'assurance partielle ou résiduelle. La prime mensuelle à titre d'exemple s'élève à 244$ pour une rente de 5000$ par mois, en sus de l'assurance invalidité collective.

-L'assurance maladie grave offre une somme forfaitaire non imposable à Mme L. ou à son entreprise lors du diagnostic d'une maladie couverte. Chaque contrat possède des caractéristiques uniques, y compris la possibilité de recevoir 100% des primes payées si elle ne fait pas de réclamation. Cette prestation, versée en général 30 jours après le diagnostic de maladie grave peut créer les liquidités requises au rachat des parts et/ou au maintien des affaires et remboursement de prêts. La prime mensuelle pour un capital de 1M$ sous forme de temporaire 10 ans s'élève à 600$. *

-L'assurance de rachat de parts en cas d'invalidité prolongée prévoit le versement d'un paiement en espèces que les autres propriétaires ou associés peuvent utiliser pour racheter les parts du propriétaire invalide. Si la convention exige que les autres propriétaires ou associés rachètent la part du propriétaire invalide cette assurance peut financer cette opération. Une prime mensuelle de 564$ est exigible pour un capital de 1M$ payable après un délai de carence de 365 jours.

*L'assurance de soins de longue durée offre une prestation quotidienne pour compenser les coûts des soins à domicile ou en établissement à ceux qui perdent une partie de leur indépendance. Certaines polices de maladie grave et d'invalidité intègrent en partie cette protection.

En terminant, Mme L. peut au moyen de l'assurance de personnes voir au financement de ses besoins et ceux de son entreprise en s'assurant que les liquidités seront disponibles en cas de sinistre pour que son mandataire ait les ressources nécessaires pour accomplir son administration.
 
Chroniques précédentes
Pour de l'assurance invalidité portable - 14.11.2016
Tout le temps du monde : pourquoi et comment assurer une jeune vie - 28.09.2016
Financer un gel avec épuisement du capital - 19.09.2016
Un dernier tour de piste pour la rente prescrite assurée? - 13.06.2016
Protéger les droits acquis en 2016 au moyen des coûts de mortalité TRA - 07.03.2016
Gérer avec assurance : (seconde partie) - 11.01.2016
Gérer avec assurance : la sauvegarde du capital (première partie) - 09.11.2015
Jeunesse d'aujourd'hui : des instruments financiers pour demain - 14.09.2015
Donner avec assurance : recevoir avec certitude - 20.07.2015
Donner avec assurance : le financement - 23.06.2015
Donner avec assurance - Première partie : changement de vie - 25.05.2015
La retraite capitalisée ou comment utiliser le compte d'accumulation à l'abri de l'impôt à l'intérieur d’une police d'assurance vie - 27.04.2015
La double vie de l'assurance vie - 23.03.2015
La double vie de l'assurance-vie - première vie : le capital décès - 23.02.2015
Le taux de rendement effectif au décès : dernière partie - 26.01.2015
Le taux de rendement effectif au décès: un calcul pertinent en planification successorale - 15.12.2014
La notion d'assurance et le coût du filet - dernière partie - 17.11.2014
La notion d'assurance et le coût du filet - deuxième partie - 20.10.2014
La notion d'assurance et le coût du filet - première partie - 22.09.2014
Rentes à capital variable: un outil additionnel contre le risque de longévité - 25.08.2014
La longévité, une condition de santé assurable? - 30.06.2014
Perte d'autonomie : quatrième et dernière solution, aujourd'hui pour demain - 02.06.2014
Perte d'autonomie : troisième solution, le beurre et l'argent du beurre après 65 ans - 05.05.2014
Perte d'autonomie : deuxième solution, les prestations d'invalidité de type rachat de valeurs - 07.04.2014
Perte d'autonomie: première solution, l'assurance soins de longue durée - 10.03.2014
Soins de longue durée : quatre façons de les sécuriser - 10.02.2014
Un outil de rétention et d'attraction unique : les régimes à contributions définies - 13.01.2014
L'entrepreneur : la perte d'un collaborateur essentiel - 02.12.2013
L'entrepreneur : le rachat de parts en cas d'invalidité prolongée - 04.11.2013
L'entrepreneur ou l'actionnaire dirigeant - 07.10.2013
L'entrepreneur ou l'actionnaire dirigeant - 09.09.2013
Le travailleur autonome - 19.08.2013
Quand l'employeur offre une protection individuelle et collective - 15.07.2013
Une protection complémentaire pour combler le manque à gagner - 17.06.2013
Perte de revenu : l'assurance individuelle en renfort - 21.05.2013
Conseillers, êtes-vous bien assurés? - 22.04.2013
Pl. Fin, AVA, TEP, FCSI, conseillère en sécurité financière et conseillère en assurance et rentes collectives
  • Anne-Marie Girard-Plouffe
  • Pl. Fin, AVA, TEP, FCSI, conseillère en sécurité financière et conseillère en assurance et rentes collectives
  • Option Fortune
  • www.optionfortune.com

À titre d'associée chez Option Fortune, cabinet de services financiers et gestion de patrimoine depuis plus de 20 ans, Anne-Marie se spécialise en gestion des risques et planification successorale. Elle intervient auprès des professionnels et propriétaires d'entreprises afin de les aider à enrichir leur patrimoine, planifier leur retraite et leur succession de manière avantageuse sur le plan fiscal. Son vaste réseau de partenaires lui permet de conseiller et d'accompagner sa clientèle à travers les étapes vers la richesse et sa transmission.

Anne-Marie s'implique activement auprès de ses pairs et au sein du milieu financier en offrant des articles, des conférences et en siégeant sur divers comités.

 

Suivez-nous sur Linked In