Une photo du discours de Sylvie Demers au Top 25 2019.
Photo : Louis-Charles Dumais

L’industrie financière du Québec peut être fière de sa contribution à l’avancement de la société québécoise.

C’est l’un des messages qui a été livré par les cinq lauréats du Top 25 de l’industrie financière du Québec, lors du gala au cours duquel Sylvie Demers, première vice-présidente, Réseau de succursales, et présidente, Direction du Québec, Groupe Banque TD, a été nommé Personnalité financière de l’année 2019.

« Je voudrais souligner l’engagement exemplaire de l’industrie financière en matière de philanthropie, de diversité et d’inclusion », a indiqué Sylvie Demers, en recevant son prix. Elle devient ainsi la troisième femme à être nommée Personnalité financière de l’année en 20 ans.

« Soyons fier de ce nous faisons. Nous offrons plus de 200 000 emplois à l’industrie financière à des employés de haut niveau, à de bons salaires. Nous sommes une industrie qui donne énormément d’argent en philanthropie. Nous avons des implications énormes du côté des communautés. Ce que nous faisons très bien, ce sont des choses que nous faisons ensemble », a-t-elle ajouté. Sylvie Demers est aussi lauréate de la catégorie Institutions financières à portée nationale du Top 25.

Elle a comparé la place des minorités et des femmes dans l’industrie aujourd’hui par rapport au moment de son embauche à la Banque TD: « Il y a 35 ans, j’étais une minorité visible. Aujourd’hui, je regarde nos représentants et les communautés qu’on dessert et c’est une grande fierté. »

À l’instar des organisateurs du gala du Top 25, Sylvie Demers a rendu hommage à L. Jacques Ménard, ex-président de la Banque de Montréal au Québec, qui est décédé mardi dernier des suites d’une longue maladie. Elle l’a désigné comme « un collègue, un grand Montréalais. » « Il nous a donné l’exemple que nous sommes plus grands que l’institution que nous avons, que nous sommes une industrie et un peuple fort », a dit celle qui accepte cet honneur au nom de son équipe et au nom des 5000 employés de la TD.

Lors de discours de remerciement, Robert Beauregard, cofondateur et chef des placements de Gestion d’actifs Global Alpha, a aussi souligné l’empreinte des gestionnaires de portefeuille sur l’économie du Québec.

« Lorsqu’une caisse de retraite basée au Québec choisit un gestionnaire québécois, c’est un choix qui va plus loin que juste lui confier un mandat », a noté le lauréat de la catégorie Sociétés de gestion indépendante.

Selon Robert Beauregard, avoir un écosystème vivant de gestionnaires de portefeuille attire les entreprises à la recherche d’investisseurs, ce qui les amène à rendre visite aux gestionnaires de portefeuille établis au Québec. « Quand vient le temps d’investir à Montréal ou dans une ville de l’Arkansas, le fait qu’ils soient venus va faire une petite différence », a-t-il dit.

Confier un mandat à une firme d’ici contribue également à l’essor du secteur québécois de la gestion de portefeuille qui renferme « beaucoup de talents », a aussi indiqué Robert Beauregard. Il a aussi partagé son prix avec l’ensemble de son équipe.

Robert Dumas, président et chef de la direction pour le Québec de la Financière Sun Life et gagnant de la catégorie Assureurs de personnes a, lui aussi, partagé son prix avec l’ensemble de ses employés.

« Le secret de notre réussite est le talent qu’on réussit à attirer. On est passé de 500 employés au Québec à 2200. Ce soir, c’est une équipe qui a gagné. Je suis prêt à partager ce prix-là avec ces 2200 personnes et 600 conseillers financiers », a-t-il soutenu.

Selon lui, le conseil financier a un impact sur la société québécoise. « C’est important et essentiel. On a des coachs de vie, des psychologues, des nutritionnistes, mais seulement une personne sur trois a un conseiller financier », a-t-il ajouté.

Denis Gauthier, premier vice-président et directeur national de la Financière Banque Nationale, Gestion de Patrimoine, a aussi abondé dans le même sens. « Nous sommes privilégiés de travailler dans notre domaine. Nous faisons une réelle différence dans la vie des gens et ça, c’est précieux et ça nous motive. C’est important que ça continue », a dit le gagnant de la catégorie Courtiers de plein exercice.

Il a d’ailleurs remercié l’ensemble de son équipe, ses patrons et, particulièrement les conseillers et conseillères de la FBN : « Notre rôle est un rôle de catalyseur. D’avoir des conseillers qui nous laissent les aider pour qu’ultimement ils servent bien nos clients, c’est notre récompense et c’est ce qui fait qu’on se lève tous les matins. »

Gino-Sébastian Savard, président de MICA Cabinet de services financiers a quant à lui « félicité non seulement mes confrères de la distribution indépendante, mais aussi chaque personne pour qui l’engagement à l’avancement du Québec, des Québécois et des Québécoises au niveau financier est le pain et le beurre. »

Avec son frère Martin Savard et sa fille Ann-Rebecca Savard, Gino-Sébastian Savard s’est dit extrêmement motivé à poursuivre la mission que s’était donné son père, Denis Savard, en créant MICA Cabinet de services financiers : « Professionnaliser le rôle de conseiller et assurer la pérennité de ce service essentiel qui est le conseil financier était sa mission de vie. C’est maintenant celle de toute la famille et on essaie d’en étendre la contagion. »