Les craintes d’associations professionnelles de conseillers australiens se confirmeraient-elles ? Selon le plus récent «Musical Chairs Report» d’Adviser Ratings, plus de 2 825 conseillers australiens auraient quitté la profession entre janvier et juin 2019. Cette baisse équivaut à 9,98 % des 28 295 conseillers inscrits en fin d’année 2018. Parallèlement, seulement 19 nouveaux conseillers se seraient inscrits en Australie au cours des six premiers mois de l’année. Selon le rapport, cette tendance à la baisse devrait se poursuivre, «particulièrement à court terme». Il faut savoir que les conseillers australiens devront être titulaires d’un baccalauréat ou de son équivalent au plus tard en 2026 afin de conserver le droit d’exercer leur métier. Telles sont les exigences formulées par le régulateur du pays, la Financial Adviser Standards and Ethics Authority. La Financial Planning Association a déjà signalé que 7 000 planificateurs australiens songeraient à quitter le domaine. Pour sa part, la Stockbrokers and Financial Advisers Association (SAFAA) avait soulevé l’éventualité de départs accélérés des conseillers de plus de 50 ans, rétifs à l’idée de retourner aux études. Selon elle, environ 30 % des conseillers en valeurs mobilières australiens n’ont pas de diplôme universitaire. «Nous pensons que le même pourcentage s’applique aux conseillers membres de la Financial Planning Association et de l’Association of Financial Advisers», a signalé la SAFAA.