Finance et investissement - La Laurentienne renoue avec les profits malgré sa restructuration
FI-TV
 
See also Investment Executive Mercredi 24 mai 2017 FINANCE ET INVESTISSEMENT en page d'accueil

Finance Investissement

Finance et Investissement.com

La Laurentienne renoue avec les profits malgré sa restructuration

Envoyer à un ami

La Banque Laurentienne a renoué avec les profits au quatrième trimestre en dépit de charges totalisant 38,3 millions de dollars (M$) avant impôts liées sa décision d'abolir 300 postes et fusionner 50 succursales.


L'institution financière québécoise a affiché mardi un bénéfice net de 18,4 M$, ou 45 cents par action, par rapport à une perte de 18,7 M$, ou 73 cents par action, à la même période l'an dernier.

Dans le cadre de sa restructuration annoncée en septembre dernier, la Banque Laurentienne a inscrit des charges de dépréciation de 22,1 M$ et des provisions de 11,9 M$ liées à des contrats de location. Elle a également comptabilisé 4,4 M$ en indemnités de départ.

Abstraction faite des éléments non récurrents, la banque a engrangé un profit ajusté de 50,5 M$, ou 1,47 $ par action, en hausse de 15 % sur un an.

Ses revenus totaux se sont établis à 236,36 M$, en progression de 3 %.
Cette performance trimestrielle a répondu aux attentes des analystes sondés par Thomson Reuters, qui tablaient sur un profit ajusté de 1,43 $ par action sur des revenus de 235 M$.

Darko Mihelic, de RBC Marchés des capitaux, a toutefois souligné que le bénéfice ajusté de 1,47 $ par action était largement attribuable à un revenu non récurrent de 3,1 M$.

« En excluant cet élément, nous estimons que le bénéfice par action aurait plutôt été de 1,40 $, écrit l'analyste dans une note. Au bout du compte, ces résultats sont légèrement négatifs. »

Le rendement des capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires, un indicateur clé dans le secteur financier, est demeuré inchangé, à 12,1 %.

Par ailleurs, Gordon Campbell, qui a été premier ministre de la Colombie-Britannique de 2001 à 2011, a été nommé au conseil d'administration de l'institution, qui souligne entre autres sa « compréhension du milieu des affaires de l'Ouest canadien et du secteur immobilier ».

La Banque Laurentienne est également au coeur d'un litige avec des syndiqués concernant une campagne de désyndicalisation.

En avant-midi, à la Bourse de Toronto, l'action de l'institution financière se négociait 54,17 $, en baisse de sept cents, ou 0,13 %. 

SUR LE MÊME SUJET Restructuration: le couperet commence à tomber à la Banque Laurentienne - 16.10.06
La Banque Laurentienne souhaite accentuer ses services-conseils - 16.09.29
Laurentienne : un projet de transformation axé sur le service-conseil bloqué par un tribunal du travail - 16.09.28