bacho12345 / 123rf

Le remboursement des dettes est en tête des priorités d’un peu plus du quart des Canadiens (26 %) pour la neuvième année consécutive, révèle un sondage réalisé par la Banque CIBC. Cette priorité financière est suivie par le paiement des factures et le fait joindre les deux bouts (14 %), par l’envie d’augmenter les avoirs (12 %) et d’épargner pour les vacances (7 %) et la retraite (6 %).

Parmi les répondants au sondage, seuls 28 % d’entre eux disent n’avoir aucune dette à leur actif tandis que 29 % avouent avoir contracté de nouvelles dettes au cours de l’année passée, invoquant comme raison principale les dépenses quotidiennes (34 %), l’achat d’un nouveau véhicule (24 %) et des paiements pour des réparations ou des rénovations dans leurs résidences (20 %).

Le type de dettes a peu changé par rapport au dernier sondage. On retrouve les dettes de cartes de crédit en tête (45 %), puis le prêt hypothécaire (31 %) et automobile (23 %), la marge de crédit (22 %) et le prêt personnel (11 %).

Environ deux cinquièmes des sondés (39 %) se disent préoccupés par le fait qu’ils négligent leur épargne pour leurs dettes, cependant une grande majorité d’entre eux (84 %) estiment qu’il est préférable de s’attaquer à leurs dettes plutôt qu’à leur épargne.

Ce résultat rejoint les résultats du rapport de Statistique Canada qui révélait que pour chaque dollar de revenu disponible, le ménage canadien moyen doit environ 1,78 $.

Cette décision de privilégier les dettes sur l’épargne serait motivée par les émotions et non par les faits, soulignait un ancien rapport de la Banque CIBC. D’ailleurs parmi les sondés, nombre d’entre eux craignent une hausse du coût des produits ou de l’inflation en 2019 (64 %) ou la hausse des taux d’intérêt (31 %) ce qui pourrait expliquer leur envie de rembourser rapidement leurs dettes.

« L’endettement pèse lourdement sur les Canadiens. Il n’est donc pas surprenant qu’ils continuent de placer les préoccupations relatives à leurs dettes au premier rang de leur liste de priorités chaque année. L’endettement peut être un outil utile pour réaliser des objectifs à long terme, comme l’acquisition d’une résidence ou le financement des études, mais, si vous y recourez pour boucler les fins de mois, il est peut-être temps de planifier vos liquidités à la place », a affirmé Jamie Golombek, directeur gestionnaire, Planification financière et conseils CIBC.

Quelques conseils

Les conseillers sont évidemment aux premières loges afin d’aider leurs clients à mieux planifier et gérer leurs liquidités et leurs dettes. CIBC, pour sa part, a produit une vidéo dans cet esprit.

Celle-ci commence par expliquer aux consommateurs qu’ils devraient inscrire leurs dettes à leur budget mensuel comme s’il s’agissait d’une dépense normale. Ils s’assureraient ainsi de rembourser leurs dettes petit à petit et de ne pas les laisser de côté en se disant qu’ils pourront le faire plus tard.

La vidéo offre également trois conseils en matière de planification de liquidités :

  • Faire la liste de ses revenus et dépenses pour une période de trois mois afin d’analyser les rentrées et sorties d’argent. Cela permet de réfléchir au montant que l’on peut mettre dans le remboursement des dettes.
  • Se payer en premier : un moyen de ne pas dépenser trop vite l’argent qu’on reçoit c’est de cotiser automatiquement à un REER ou un CELI.
  • Classer ses objectifs financiers par ordre de priorité. Un consommateur peut avoir différents objectifs qui parfois sont en conflit comme rembourser des dettes et épargner pour les études de ses enfants, il faut alors décider lequel est le plus important, dans lequel faut-il mettre le plus de moyens. Un conseiller peut évidemment aider à répondre à ces questions.