Finance et investissement - Quand les choses se gâtent
Concours
 
See also Investment Executive Vendredi 15 décembre 2017 FINANCE ET INVESTISSEMENT en page d'accueil

Finance Investissement

Finance et Investissement.com
OBJECTIF CONFORMITÉ

Quand les choses se gâtent

Envoyer à un ami

ZONE EXPERTS – Vous prenez un grand soin à recommander les meilleurs produits et outils à vos clients. Normal, ils sont au centre de votre travail et il vous semble tout naturel de mettre tous les efforts en place pour les satisfaire et conserver leur confiance.


Mais voilà, aucun gardien de but, aussi bon soit-il, n'a une moyenne de buts alloués de 0. Aucun frappeur des ligues majeures n'a une moyenne au bâton de 1.000. Il serait donc présomptueux de croire ou de prétendre que vous avez un score parfait en tant que conseiller financier!

Informer son client qu'on a fait une erreur d'appréciation ou qu'on a recommandé le mauvais produit est sans doute l'une des choses qui répugne le plus les conseillers. Ça ouvre la porte à l'insatisfaction de notre client, ça nous force à marcher sur notre orgueil et, entre vous et moi, nous savons qu'il y a de l'orgueil au pouce carré dans notre industrie!

Mais voilà, que faire lorsqu'on réalise qu'on a manqué notre coup, que notre lecture de la situation n'était pas au point ou que le produit choisit avec tous les soins du monde n'a pas livré la marchandise promise? Il peut être tentant de camoufler son erreur, espérer qu'elle passe inaperçue ou que le temps arrangera les choses.

Si parfois le temps arrange en effet les choses, la ligne est mince entre la persévérance et l'acharnement. Le premier est louable, le second, déplorable.

L'image qui me vient en tête et que j'utilise de temps à autre pour illustrer le comportement du conseiller dans le déni qui refuse d'admettre qu'il doit agir pour corriger les choses, est celle d'une personne qui joue à l'autruche et se met la tête dans le sable. La seule chose qui risque de lui arriver est de se mériter un bon coup de pied au sommet de ce qui dépasse, avec, en prime, la surprise résultant de ne pas l'avoir vu venir!

Donc, toute personne raisonnable souhaitant éviter ce genre de situation prendra les devants et agira de manière à régler la situation dans les meilleurs délais.

Concrètement, cela suppose d'établir un diagnostic de la situation problématique, d'informer les clients touchés, d'élaborer un plan de correction, de le mettre à exécution et d'en mesurer la réussite.

À titre de conseiller, vous avez une responsabilité face à vos clients. Cette responsabilité existe tout au long du continuum de la relation et non seulement au moment de donner un conseil ou de faire une vente. Donc, si vous constatez que vous vous êtes planté, vous devez corriger la situation dans les meilleurs délais.

Le cabinet et le courtier ont une responsabilité analogue en matière de supervision des conseillers qui agissent sous leur responsabilité.

Lorsqu'ils constatent un comportement problématique, ils ne peuvent l'ignorer et agir comme si rien ne se passait. Ils doivent prendre action et corriger la situation afin de protéger les clients et de se conformer à leurs obligations réglementaires.

Cela peut impliquer d'intervenir auprès de conseillers déviants, de les encadrer ou de les renvoyer, mais également de revoir les politiques et procédures qui structurent les affaires du cabinet ou du courtier de manière à combler les lacunes ayant permis la situation problématique.

S'il s'agit d'un produit inadapté ou toxique, il devrait être interdit de distribution et un plan d'action devrait être mis en place pour contacter les conseillers et les clients exposés afin de tenter de rectifier le tir.

C'est entre autres ce que nous rappelle le jugement Autorité des marchés financiers (AMF) c. Wishnousky et al. où l'inaction du cabinet aura entraîné sa condamnation ainsi que celle de ses dirigeants.

Comme quoi, quand vous découvrez une pomme pourrie dans votre panier de fruits, vous devriez la retirer sans tarder. Croire que cela se limitera à cette seule pomme ou, pire, que personne ne remarquera ce qui se passe, est vraiment assimilable à de la négligence.

Chroniques précédentes
Partager - 08.11.2017
Lire l'étiquette ne suffit pas - 16.08.2017
Catégoriser pour mieux encadrer - 21.06.2017
Construire un mur - 24.05.2017
MRCC3 ? - 26.04.2017
Se prémunir contre le déclin du conseiller - 29.03.2017
Changer d'air - 01.03.2017
L'espoir d'une nouvelle ère - 01.02.2017
« Last call » - 30.11.2016
Deux solitudes? - 02.11.2016
Prendre le train ou se faire passer dessus par lui ? - 05.10.2016
Médias sociaux et image professionnelle - 07.09.2016
Connaître son produit - 09.08.2016
Attachez vos tuques avec de la broche - 12.07.2016
Maman, quand est-ce qu'on arrive? - 15.06.2016
Dans le meilleur intérêt, mais de qui? - 18.05.2016
Petites mises à jour en conformité - 20.04.2016
Comprendre le rôle de chacun - 23.03.2016
Le test de la réalité - 24.02.2016
Le défi du partage de commissions - 27.01.2016
La suite - 23.12.2015
Petite fleur - 25.11.2015
La quadrature du cercle - 28.10.2015
Révolution! - 30.09.2015
Petite dose d'humilité - 02.09.2015
Il n'y a pas que le rendement - 05.08.2015
De retour le... - 08.07.2015
Plaidoyer conforme - 10.06.2015
Trop tôt vaut mieux que trop tard - 13.05.2015
L'éléphant dans la pièce - 15.04.2015
À la mode de chez nous - 11.02.2015
Le syndrome de la grenouille - 14.01.2015
Ce qu'on ne dit pas sur MRCC 2 et les autres réformes - 02.12.2014
Média sociaux et conformité - 05.11.2014
Le conflit d'intérêt du représentant engagé, prudence! - 08.10.2014
Prêt, pas prêt, j'y vais... ou pas! - 10.09.2014
Clients étrangers : attention! - 13.08.2014
Réflexions d'été - 16.07.2014
Un aperçu sur l'aperçu - 18.06.2014
Insérez un titre ici - 21.05.2014
Non, la conformité n'est pas une chasse aux sorcières - 23.04.2014
« Wô les moteurs » - 26.03.2014
En toute discrétion - 26.02.2014
Comment connaître son client - 29.01.2014
Votre client se plaint - Deuxième partie - 18.12.2013
Votre client se plaint - Première partie - 20.11.2013
Le blanc qui laisse des traces - 23.10.2013
Êtes-vous là? - 25.09.2013
Qu'est-ce que j'ai manqué pendant mes vacances? - 28.08.2013
Recette pour un BBQ réussi et conforme - 31.07.2013
Signez ici - 03.07.2013
Pour ne pas que la conformité vous suive en vacances... - 05.06.2013
Ménage de printemps et bureau numérique - 08.05.2013
La conformité s'invite dans vos commissions - 10.04.2013
Les pièges légaux de la prospection - 13.03.2013
Votre adjoint(e) et vous - 13.02.2013
Résolutions du nouvel an - 16.01.2013
Les excès du temps des fêtes - 05.12.2012
Commissions et divulgation aux clients - 07.11.2012
Se retrouver au milieu des processus administratifs, disciplinaires, civils, pénaux ou criminels - 10.10.2012
Le levier : soulever le monde ou les doutes? - 12.09.2012
Petits trucs pour un mariage heureux avec votre département de conformité - 15.08.2012
Critères d'embauche et enquête préalable - 18.07.2012
Les ententes de recommandation et de partage de commission, jusqu'où peut-on aller? - 20.06.2012
Exercer dans plusieurs disciplines - danger ou opportunité? - 23.05.2012
Les dessous du dossier client - 25.04.2012
Les notes: un rempart pour les conseillers - 27.03.2012
Avocat, chef de la conformité et représentant en épargne collective
  • Maxime Gauthier
  • Avocat, chef de la conformité et représentant en épargne collective
  • Mérici Services Financiers Inc.
  • mgauthier@merici.com

Me Maxime Gauthier a exercé en pratique privée, principalement en litige civil, avant de se joindre à Mérici Services Financiers Inc. en 2010 où il occupe actuellement le poste de chef de la conformité et de représentant en épargne collective. Me Gauthier agit également comme procureur dans quelques dossiers, principalement dans les domaines des valeurs mobilières, de la déontologie et du droit des sociétés.

Temple de la renommée