Accueil Intelligence artificielle

Mot-clé : Intelligence artificielle

53 résultats trouvés

Avec son application Olivo, Koïos Intelligence compte bien révolutionner ce domaine que nombre de consommateurs ne comprennent pas encore bien.

dessin de petit bonhomme derrière un signe vu bleu

La nouvelle startup, iagree AI, permet de lire rapidement et comprendre les conditions d’utilisations avant de les accepter.

Une femme devant un ordinateur. En transparence on voit pleins d'applications technologiques, comme un logiciel de reconnaissance d'empreinte, etc.

Pour rester concurrentielles et réussir dans un monde où le numérique prend de plus en plus de place, les entreprises devront, entre autres, mettre l’accent sur leurs clients.

Un homme d'affaire avec une plaquette dans les mains d'où sort le mot fintech.

FI RELÈVE -  Les investissements en technologies financières ne cessent de monter et d’offrir des possibilités intéressantes.

Une photo portrait de David Nault.

Avec Luge Capital, David Nault veut aider les jeunes fintechs à développer leur plein potentiel.

Un homme d'affaires faisant le saut.

ZONE EXPERTS - Quel est le rôle du conseiller en services financiers ? Est-ce principalement de générer des rendements ? La réponse est, et sera de plus en plus : non. Son rôle est surtout d’accompagner le client afin qu’il prenne action, lorsque nécessaire, pour améliorer sa santé financière et son bien-être.

Annie Sinigagliese n'a pas hésité à passer de l'autre côté du miroir, pour devenir une véritable actrice de l'industrie.

Cet investissement de 1 million de dollars (M$) permettra à Flare Systems de poursuivre le développement de sa suite de produits permettant aux institutions financières de lutter contre les crimes financiers.

Une main qui touche un ipad.

SOMMET FINTECH 2019 DE L’ACCVM – « Pour les experts en finances, je pense que la technologie va être encore plus importante que les notions de finance que l’on connaît », affirme David Mastroberardino, Chef de produit chez Croesus Finansoft.

Les manufacturiers et gestionnaires d'actifs sont très prudents vis-à-vis de l'utilisation des grandes masses de données et des outils d'analytique. Ils craignent les fuites informatiques et les dégâts qu'elles pourraient causer à la réputation de leurs organisations.