femme d'affaire réfléchit en regardant son écran d'ordinateur
antonioguillem / 123rf

Prenons d’abord l’écart de salaire entre les femmes et les hommes pour un travail égal : les Canadiennes âgées de 15 ans et plus gagnaient 87 cents pour chaque dollar engrangé par les hommes en 2017, selon les données de l’Enquête sur la population active 2018 de Statistique Canada, tel que cité dans un article de Conseiller.

Cette différence de salaire entraîne plusieurs conséquences, dont l’incapacité des femmes à rembourser leurs dettes d’études au même rythme que les hommes. Ce dû s’étale alors sur un horizon plus long, ce qui se traduit par un déficit d’épargne.

Ensuite, le fait que les femmes doivent suspendre leur carrière lorsqu’elles ont des enfants peut constituer un facteur crucial dans l’avancement de leur carrière. Elles peuvent ainsi manquer une occasion d’obtenir une promotion et, de ce fait, perdre l’apport financier qui accompagne un tel développement de carrière. Cela se traduit encore une fois par un ralentissement de leur rythme d’épargne.

« Avec les femmes, on fonctionne un peu de la même façon qu’avec les hommes, mais il y a quand même des distinctions, souligne Sophie Paquet, conseillère en placement et vice-présidente à la Financière Banque Nationale. Même s’il ne faut évidemment pas tomber dans les stéréotypes, les femmes gagnent souvent moins, travaillent moins longtemps et prennent plus de pauses dans leur carrière que les hommes. »

Lire également: Finances des femmes : à chaque âge ses besoins

Il est également à noter que les femmes ont une espérance de vie plus élevée et doivent par conséquent étaler leur épargne-retraite sur une période plus longue. Elles finissent donc par avoir moins de moyens financiers pour soutenir leur rythme de vie et reçoivent souvent moins d’argent que ce dont elles ont besoin, rapporte ThinkAdvisor, dans unrécent article.

Il est aussi important de souligner que les femmes, en général… lire la suite via Conseiller.ca.