ariadnas / 123rf

Plus de la moitié des gestionnaires des ressources humaines (RH) interrogés à l’occasion de ce sondage (58 %) ont été témoins de la rétrogradation d’un employé au sein de leur entreprise. Et la proportion serait encore plus élevée chez les hommes âgés de 35 à 54 ans.

Questionnés sur les raisons les plus courantes de ces rétrogradations, les répondants ont déclaré que 52 % d’entre elles étaient dues à un rendement insatisfaisant et 20 % étaient des rétrogradations volontaires.

Dans les autres causes, on retrouve des restructurations organisationnelles et des suppressions de postes (16 %) ou des employés qui ont été promus récemment, mais n’ont pas pu s’adapter à leur nouveau rôle (11 %).

Par la suite, même si 52 % des professionnels rétrogradés ont tenté de bien accueillir cette nouvelle, 40 % ont été contrariés et ont perdu tout intérêt pour leur travail et 18 % ont tout simplement démissionné.

Quelques conseils

En réaction à leur sondage, OfficeTeam prodigue trois conseils aux travailleurs qui ont subi cette situation :

  • Gardez votre calme et tentez de comprendre pourquoi vous avez été rétrogradé à un poste inférieur.
  • Demandez des précisions sur les raisons de votre rétrogradation. Questionnez votre gestionnaire sur les points que vous pourriez améliorer et les possibilités de formation.
  • Avant de décider de chercher un autre poste, évaluez vos options. Est-ce vraiment la chose qui conviendrait le mieux à vos objectifs à long terme?

« Quelles que soient les difficultés associées au fait de se faire rétrograder à un poste inférieur, cela peut également représenter une occasion pour les travailleurs de réévaluer leurs objectifs de carrière, explique Koula Vasilopoulos, présidente de district d’OfficeTeam. En comprenant les motifs de la rétrogradation et en mettant l’accent sur la croissance et le perfectionnement professionnels, les employés peuvent trouver une plus grande satisfaction au travail et mieux se positionner aux fins d’avancement à l’avenir. »

Ce sondage a été créé par OfficeTeam et mené par des firmes de sondage indépendantes. Les résultats obtenus sont basés sur des entrevues menées auprès de plus de 300 gestionnaires des RH de sociétés canadiennes responsables de 20 employés ou plus et auprès de plus de 1 000 employés de bureaux canadiens âgés de 18 ans ou plus.