jeune femme qui regarde un papier avec l'air insatisfaite.
fikzes / 123rf

C’est ce que révèle un récent sondage publié par BNY Mellon Investment Management. Les jeunes investisseurs semblent toutefois avoir davantage de connaissances quant au rôle et au fonctionnement de cette catégorie d’actifs que les plus âgés.

Le sondage posait ainsi plusieurs questions aux investisseurs et la plupart ont répondu de façon erronée. Cependant, bien qu’il soit très élevé, le pourcentage de milléniaux qui se trompaient reste moins haut que le pourcentage de baby-boomers qui ont répondu faux, souligne Think Advisor.

Les titres à revenu fixe ne sont plus aussi rentables qu’avant

Vu la complexité des marchés à revenu fixe à l’heure actuelle, la production de rendement de revenu et la gestion du risque nécessitent une gestion active comme celle qu’offrent les FNB de titres à revenu fixe de Placements Franklin Templeton.

Soyez actif et misez sur les FNB de Franklin Templeton : FLGA | FLSL | FLUI | FLCI

Interrogés sur le meilleur moment où il faudrait envisager d’ajouter des titres à revenu fixe à leur portefeuille de placement, plus du tiers (36 %) des milléniaux ont affirmé ne pas savoir contre près de la moitié (46 %) des baby-boomers, alors que la plupart de ces derniers sont bien plus proches de la retraite. De plus, davantage de milléniaux (43 %) ont une allocation de ce type de titres dans leur portefeuille que de baby-boomers (32 %).

« Cette recherche démontre qu’indépendamment de l’âge, il subsiste de la confusion autour de l’investissement dans les titres à revenu fixe, ainsi que le rôle important qu’il peut jouer dans la planification financière à long terme », a commenté Liz Young, directrice de la stratégie marketing chez BNY Mellon Investment Management.

Le sondage a également mis de l’avant des divergences entre les tranches d’âge quant au rôle que peuvent jouer les placements à revenu fixe dans la planification de la retraite et à la façon dont ces actifs réagissent au risque.

Ainsi, 80 % des baby-boomers affirment que ces placements sont uniquement destinés à la planification de la retraite contre 70 % des membres de la génération X.

Un autre indice que ce produit est mal compris particulièrement par les investisseurs plus âgés, 65 % des jeunes investisseurs affirment que les obligations procurent toutes le même niveau de risque contre 76 % des baby-boomers.

« Les données suggèrent également le rôle que les conseillers peuvent jouer pour communiquer plus efficacement comment une répartition du revenu fixe peut aider à fournir un flux de revenu régulier pour diverses circonstances personnelles et à travers les cycles économiques », ajoute Liz Young.

Une différence entre les sexes

Le sondage montre une différence entre les âges, mais également entre les sexes. Parmi les sondés, les hommes semblent généralement comprendre mieux les placements à revenu fixe que les femmes.

Ainsi seuls 29 % des hommes disent ne rien comprendre à ce type de placement contre 49 % des femmes. Quant à la question sur le meilleur moment où envisager d’ajouter ce type de placement à son portefeuille, 46 % des femmes ont reconnu ne pas le savoir contre 33 % des hommes.

Dans le cadre de l’enquête, on peut voir que les femmes avouent davantage que les hommes être incertaines sur la façon dont les stratégies à revenu fixe réagissent à l’évolution des taux d’intérêt et à la volatilité des marchés.

Ainsi, si les taux d’intérêt devaient baisser, seuls 24 % des hommes ont avoué qu’ils ne sauraient pas quoi faire comparativement à 42 % des femmes. Et dans l’éventualité d’une vente rapide de titres au-delà des fluctuations quotidiennes des prix des marchés, 28 % des sondés masculins ont déclaré ne pas savoir quoi faire contre 50 % des participantes féminines.

Cette enquête, qui a été menée par Engine Insights’ Caravan Surveys en juillet 2019 auprès de 1003 hommes et 1004 femmes de 18 ans et plus, prouve qu’il « est impératif pour l’industrie de fournir des informations claires et exemptes de jargon, de s’efforcer de comprendre les objectifs individuels des clients et de créer avec eux des plans sur mesure qui leur permettent d’investir à bon escient », souligne Liz Young.