Un homme d'affaires faisant le saut.
gmast3r / 123rf

Gestionnaire de portefeuilles réputé ayant cumulé près de dix-sept ans d’expérience chez Montrusco Bolton (2001 à 2017), dont huit à titre de vice-président principal et chef des actions, Christian Godin accroît subitement la notoriété d’Inovestor, une société insuffisamment connue par rapport à ses réalisations.

Fondée en 1996 à Montréal, Inovestor a commencé par développer des logiciels d’analyse financière principalement utilisés par les conseillers en placement et les gestionnaires de portefeuilles. Dans un article publié au journal La Presse du 28 septembre 2015, le président d’Inovestor, Pascal Lefrançois, disait que « environ 70 % de notre chiffre d’affaires provient de l’extérieur du Québec ».

Créé pour les clients les plus assoiffés de croissance.

Le Fonds BMO concentré d’actions mondiales offre un plus haut potentiel de croissance à long terme, mais avec moins de volatilité que le marché global.

En savoir plus

Le 22 décembre 2016, Pascal Lefrançois avait eu l’honneur de sonner la cloche du NASDAQ, une façon d’officialiser le nouvel indice Nasdaq Inovestor Canada. Comme l’indiquait un article du site de Finance et Investissement, la sélection des titres de l’indice se fait par l’un des logiciels d’Inovestor.

À partir de cet indice, Inovestor a créé un produit, le FNB Horizons Inovestor Indice d’actions canadiennes (INOC). Lancé en novembre 2017, ce FNB est géré par Horizons ETFs Management. Toutefois, une filiale d’Inovestor, Gestion de placements Inovestor (GPI), agit à titre de sous-conseiller. GPI est inscrite à titre de gestionnaire de portefeuille discrétionnaire auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) et de la Ontario Securities Commission (OSC).

Détenteur d’une maîtrise en finance de HEC Montréal, Christian Godin a déjà tâté de la politique. Lors des élections provinciales de 2014, il se présentait sous les couleurs du Parti Conservateur du Québec dans le comté de Laporte, situé sur la Rive-Sud de Montréal. En 2012, il publiait une lettre ouverte au journal Les Affaires à l’effet que « l’élection du Parti Québécois ferait fuir les talents ».

Notons que Pascal Lefrançois est membre externe du Comité consultatif sur l’innovation technologique de l’AMF. Ce comité, signale l’AMF, « constitue un forum de discussion sur l’évolution des innovations technologiques appliquées à la finance et sur les enjeux que celles-ci posent en matière de réglementation, d’efficience des marchés et de protection des consommateurs. »