Accueil Rudy Mezzetta

Leur intérêt pour les questions financières est plus faible.

  • 1 juin 2018 18 juin 2018
  • 00:10

Leurs revenus plus faibles et leur manque de confiance dans l'investissement peuvent contribuer à cette crainte.

  • 27 avril 2018 16 juin 2018
  • 00:21

Les initiatives menées afin de l'améliorer n'ont pas porté fruit.

  • 1 avril 2018 16 juin 2018
  • 00:10

Les conseillers sont plus enclins à choisir des produits maison pour leurs clients, selon une recherche de Credo.

  • 1 mars 2018 16 juin 2018
  • 00:57

Les conseillers en services financiers ont un rôle crucial à jouer pendant la période des REER pour instruire les clients en matière de régimes enregistrés et les aider à mieux tirer profit des instruments offerts, selon une récente recherche effectuée par Credo Consulting, de Mississauga, en Ontario.En effet, d'après les résultats de la recherche, les Canadiens qui ont un conseiller sont plus susceptibles de détenir un régime enregistré d'épargne-retraite (REER) ou un compte d'épargne libre d'impôt (CELI), ou de tirer profit de ces deux régimes enregistrés, que les Canadiens qui ne bénéficient pas de conseils personnalisés.

  • 1 février 2018 16 juin 2018
  • 00:05

Leurs clients sont davantage à l'aise de se confier à eux.

  • 15 janvier 2018 16 juin 2018
  • 00:05

Les entreprises de services financiers qui mettent l'accent sur le fait que leurs conseillers établissent avec leurs clients des relations solides fondées sur le professionnalisme, la confiance et une excellente communication sont plus susceptibles de s'assurer la fidélité des clients et de retenir ces clients à long terme, selon une récente recherche effectuée par Credo Consulting.Plus précisément, parmi les firmes étudiées par la recherche pancanadienne de Credo, les conseillers de Raymond James et RBC Dominion valeurs mobilières (RBC DVM) ainsi que ceux d'Investment Planning Counsel (IPC) entretenaient les plus fortes relations avec leurs clients.

  • 15 janvier 2018 28 mai 2018
  • 00:00

Bien que la majorité des investisseurs canadiens ignorent toujours qu'ils paient les services de leur conseiller en services financiers, la tendance s'infléchit dans un sens positif, car selon une récente recherche de Credo Consulting, de Mississauga, en Ontario, un plus grand nombre d'investisseurs canadiens savent qu'ils paient le conseil qu'avant la mise en oeuvre de la deuxième phase du Modèle de relation client-conseiller (MRCC 2).Plus précisément, 62 % des investisseurs canadiens sondés par Credo Consulting entre juillet et septembre ont répondu qu'ils ne paient pas les conseils qu'ils reçoivent. C'est une diminution par rapport aux 67 % des investisseurs sondés entre mai et décembre 2016 qui avaient répondu que leurs conseillers ne leur facturaient rien pour leur conseil.

  • 1 décembre 2017 20 avril 2018
  • 00:00

Les canadiens qui ont un testament dans le cadre d'une planification successorale plus large ont davantage tendance à faire confiance à leur conseiller en services financiers et sont moins susceptibles d'envisager de changer de conseiller que les Canadiens qui n'ont pas de testament, selon une récente recherche effectuée par Credo Consulting, de Mississauga, en Ontario.Parmi les Canadiens sondés, ceux qui ont un testament ont attribué une note moyenne de 7,94 sur 10 à l'énoncé «Je fais totalement confiance à mon conseiller en services financiers.» Par contre, les Canadiens sans testament ont donné une note moyenne de 7,34 au même énoncé. Cette tendance est la même chez les clients québécois.

  • 1 novembre 2017 12 mars 2018
  • 00:00

Le fait d'avoir un conseiller en services financiers constitue une grande aide. Telle est la conclusion d'une étude récente qui montre que les clients à valeur nette élevée qui ont un conseiller ont plus tendance à comprendre l'importance d'accepter un niveau approprié de risque dans un portefeuille de placement que les investisseurs riches sans conseiller.Il est clair également qu'il n'est pas toujours facile de persuader les clients ayant 1 M$ ou plus en actif à investir de prendre davantage de risque : les personnes de ce groupe ont souvent passé leur vie à bâtir leur fortune en travaillant fort pendant des décennies et sont donc réfractaires à risquer de faire des pertes importantes. Même ceux qui ont hérité de leur argent affichent fréquemment un profond sentiment de gratitude et un besoin de conserver leur capital, et veulent préserver le patrimoine familial pour les générations futures.

  • 15 octobre 2017 4 juin 2018
  • 00:00