Finance et investissement - Les trois méthodes les plus populaires pour se fixer des objectifs
Concours
 
See also Investment Executive Mercredi 22 novembre 2017 FINANCE ET INVESTISSEMENT en page d'accueil

Finance Investissement

Finance et Investissement.com
STRATÉGIE D'AFFAIRES

Les trois méthodes les plus populaires pour se fixer des objectifs

Envoyer à un ami

ZONE EXPERTS - Nous voici, nous voilà... Le dernier trimestre de l’année est à nos portes. Pour plusieurs, septembre est le moment de commencer à penser aux objectifs d'affaires pour l'année suivante. Et si vous établissiez vos objectifs de façon différente, pour 2016?

 

Un peu de théorie
 
Le Dr. Edwin Locke, psychologue américain, professeur émérite et pionnier en matière de définition des objectifs, a développé une théorie sur la fixation d'objectifs -- théorie la plus respectée des experts en psychologie organisationnelle -- afin d'expliquer les actions humaines en situation de travail spécifique.

Les deux plus importantes constatations de cette théorie sont qu'un objectif spécifique (p. ex., je veux gagner 500 $ de plus par mois) génère un niveau de rendement plus élevé qu'un objectif plus général (p. ex., je veux gagner plus d'argent) et que les objectifs difficiles à atteindre sont linéairement et positivement liés au rendement. Plus l'objectif est élevé, plus une personne travaillera à l'atteindre

Puisque plusieurs d'entre vous allez bientôt travailler sur votre plan d'affaires 2016, j'ai pensé qu'il serait approprié de partager avec vous les trois méthodes les plus populaires pour fixer des objectifs :

• 4C F
• SMART
• BGS

Méthode 1 : 4C F

C'est un acronyme anglais : Clarity, Challenge, Complexity, Commitment, Feedback - c'est-à-dire clarté, défi, complexité, engagement et rétroaction.

Selon la méthode 4C F, il y a donc cinq principes fondamentaux pour fixer un objectif : la clarté, le défi, la complexité, l'engagement et la rétroaction. Si vous choisissez d'utiliser cette méthode pour définir vos objectifs, vous devrez étudier chacun de ces principes.

La clarté: définissez de façon claire et concise ce que vous souhaitez atteindre; il ne devrait y avoir place pour aucune ambiguïté. Fixez un délai spécifique qui doit vous permettre d'atteindre vos objectifs.

Défi : fixez des objectifs qui comportent un juste degré de défi afin que tous les membres de votre équipe (et vous-même) se sentent motivés, tout en vous sentant suffisamment confiant de pouvoir l'atteindre. Si le défi est considéré trop grand, il aura alors un effet négatif sur la volonté de travailler pour l'atteindre et, dans certains cas, vous pourriez ne pas essayer d'y arriver du tout.

Complexité : lorsqu'un objectif est trop complexe, les gens deviennent confus au sujet de la meilleure façon d'y parvenir. Assurez-vous que vos objectifs soient clairs, concis et simples. Pourriez-vous expliquer vos objectifs à votre mère de façon qu'elle les comprenne ? Sinon, simplifiez.

Rétroaction: surveillez continuellement les progrès réalisés et offrez régulièrement de la rétroaction à votre équipe. Cela est particulièrement important dans les premiers jours, car les membres de votre équipe pourraient se sentir embarrassés de demander conseil une fois qu'une tâche a été déléguée, de peur de mal paraître.


Méthode 2 : SMART

Les objectifs SMART ont été introduits par Peter Drucker, une sommité dans le domaine de la gestion. Selon ce paradigme, un objectif répond à plusieurs critères qui se regroupent sous l'acronyme SMART : Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste/Pertinent, Temporellement défini.

Spécifique : La première étape de ce processus consiste à poser les quatre questions :

Quoi - Qu'est-ce que je veux accomplir?
Pourquoi - Pour quelles sont les raisons ou quels avantages je veux atteindre ces objectifs?
Qui - Qui est concerné par ces objectifs?
Lesquels - Quels sont les besoins et les contraintes dans l'atteinte de ces objectifs?

Mesurable : Mesurer les progrès vous aidera à rester sur la bonne voie, à respecter les délais, et vous donnera un sentiment d'accomplissement. Un objectif mesurable répond généralement à des questions telles que :

Comment savoir si mon objectif est atteint?
Combien - quel(s) critère(s) quantitatif(s) et/ou qualitatif(s) vais-je utiliser pour mesurer le succès?

Atteignable: Il est peu utile de fixer un objectif qui soit trop difficile à atteindre ou se situe au-delà de vos capacités. Par ailleurs, se fixer un objectif trop facilement accompli vous donnera l'impression d'avoir été lésé, une fois atteint. Le but est de garder l'équilibre entre un objectif trop facile et un objectif qui vous projette trop loin hors de votre zone de confort.

Réaliste/pertinent: des objectifs pertinents motiveront votre équipe et feront progresser votre pratique d'affaires. Si l'objectif est pertinent, vous devriez pouvoir répondre " oui " à ces questions :

Vaut-il les coûts et les ressources nécessaires?

Est-ce le bon moment pour l'entreprendre?

Est-il en lien avec notre stratégie d'affaires?

Temporel: Il est essentiel que les objectifs comportent une date cible. L'engagement envers un délai permet à votre équipe de concentrer ses efforts sur l'atteinte de l'objectif et empêche que celui-ci soit dissimulé sous d'autres tâches routinières.

Méthode 3 : BGS (Backwards Goal Setting)

Cet autre acronyme anglais signifie : planifier l'objectif final dès le départ. Le principe est de débuter avec l'objectif ultime que vous souhaitez atteindre. En travaillant à partir du résultat final, vous pouvez déterminer toutes les étapes requises. Par cette méthode, vous découvrirez rapidement si votre objectif est réaliste ou non, selon votre échéancier particulier.

Étape 1 : Dressez une liste générale des activités nécessaires pour atteindre votre objectif.

Étape 2 : Créez un tableau à trois colonnes : Détails de la tâche, Propriétaire de la tâche, et Échéance de la tâche. Puis insérez-y chaque activité impliquée dans l'atteinte de l'objectif.

Ce tableau final permettra d'identifier vos échéanciers clés. En travaillant de cette façon, vous pouvez également détecter des activités qui autrement auraient été négligées. Cette méthode de définition d'un objectif vous permet de rester concentré sur les tâches à accomplir et d'inclure toutes les ressources nécessaires. En vous concentrant sur des activités précises, vous ne serez pas distrait par d'autres qui seraient superflues.

Chacune de ces méthodes se complète. La méthode "4C F" vous encourage à réfléchir à un objectif dans son sens le plus large et est complétée à l'aide de la méthode SMART, pour en énoncer les buts d'une manière spécifique. La méthode BGS, quant à elle, peut être utilisée lorsque l'objectif est complexe ou pour déterminer si votre objectif est réaliste dans le délai spécifié.

Quelle méthode utilisez-vous pour définir et atteindre vos objectifs d'affaires ?

C'est toujours avec grand plaisir que je lis vos commentaires. Vous pouvez me joindre directement à l'adresse Sara.Gilbert@Strategist.cc, nous suivre sur LinkedIn et Facebook.

 
Chroniques précédentes
Mémoire de poisson rouge - 20.05.2015
Centres d'influence : après le « qui », voyons le « comment » - 22.04.2015
Centres d'influence : à qui se coller? - 18.03.2015
Pas une fois, pas deux fois, mais bien cinq fois - 18.02.2015
Êtes-vous un Roger Bannister? - 21.01.2015
Se bâtir une clientèle multigénérationnelle, pour la vie! - 10.12.2014
Ce n'est pas d'un plan d'affaires dont vous avez besoin, mais bien d'un plan d'action! - 12.11.2014
Est-ce vraiment important pour vous de développer une image de marque? - 16.10.2014
La fiscalité et votre développement d'affaires - 17.09.2014
Apprendre à lire le non verbal nous donne une longueur d'avance ! - 20.08.2014
Je te google, tu me googles, nous nous googlons... - 23.07.2014
Comment rajeunir sa clientèle - deuxième partie - 25.06.2014
Comment rajeunir sa clientèle - 28.05.2014
Ne jetez pas le bébé avec l'eau du bain - 30.04.2014
L'organisation d'événements et leur rôle dans votre développement d'affaires - 02.04.2014
L'intelligence d'affaires et votre pratique (deuxième partie) - 05.03.2014
L'intelligence d'affaires et votre pratique - 05.02.2014
L'enchaînement : la suite importante pour une année réussie - 08.01.2014
Eh oui, la fin de l'année approche! - 27.11.2013
Une démarche de prospection - 30.10.2013
Et puis ce titre? - 02.10.2013
Une histoire de grenouilles - 04.09.2013
Un modèle d'affaires efficace et efficient en trois étapes - 07.08.2013
À la demande de vos clients : du marketing de contenu s'il vous plaît! - 10.07.2013
L'été, une saison remplie d'occasions - 12.06.2013
Généraliste ou spécialiste : quel est le meilleur modèle d'affaires? - 15.05.2013
« Lean Kaizen » : un exemple concret de simplification rentable de tâches - 17.04.2013
Le psychologue organisationnel : un professionnel au service des conseillers - 20.03.2013
Médias sociaux et réseautage social : à ne pas confondre - 20.02.2013
Une feuille de route pour une pratique rentable et une année réussie - 30.01.2013
Pourquoi j'ai fondé Développement des Affaires Strategist(e) - 12.12.2012
Utilisez la littératie financière pour mieux servir vos clients - 14.11.2012
Le meilleur outil à votre disposition - 17.10.2012
Les répercussions positives «invisibles » que vous avez sur la vie de vos clients - 19.09.2012
L'effet WOW et votre pratique - 22.08.2012
Golf, BBQ et prospection sociale - 25.07.2012
Votre pratique est-elle entrée dans l'ère 2.0 ? - 27.06.2012
Bâtir une équipe d'élite et une culture centrée sur les clients - 30.05.2012
Trois conseils pour bâtir une équipe solide - 02.05.2012
Trois étapes pour tirer le meilleur de chaque rencontre - 04.04.2012
Maximisez vos relations-clients - 29.02.2012
La segmentation : pas révolutionnaire, mais très rentable - 07.02.2012
Stratège d’affaires & Coach certifiée

Sara Gilbert est conférencière et fondatrice de la firme Développement des affaires Strategist Elle agit comme stratège et coach auprès des conseillers en placement dans les domaines du positionnement de leur pratique d'affaires, de la communication, de la gestion d'équipe, de l'expérience client qu'ils offrent et du développement de leur pratiques d'affaires.

Titulaire d'un baccalauréat en commerce de la John Molson School of Business de l'Université Concordia, avec spécialisation en marketing et d'une double certification en coaching personnel et professionnel. Sara s'est également mérité les titres de Conseiller en gestion financière (FMA), Fellow de CSI (FCSI), et Certified International Wealth Manager (CIWM).

www.strategist.cc

Suivez-nous sur Linked In