Finance et investissement - MRCC2 : Mythes et réalités
Concours
 
See also Investment Executive Jeudi 19 octobre 2017 FINANCE ET INVESTISSEMENT en page d'accueil

Finance Investissement

Finance et Investissement.com

MRCC2 : Mythes et réalités

Envoyer à un ami

nouvelle vedette
Aleksandr Khakimullin_123RF Banque d'images

Depuis janvier, des investisseurs ont reçu leurs premiers rapports découlant du Modèle de relation client-conseiller (MRCC2) qui trace la voie vers une plus grande transparence sur les coûts et le rendement de leurs placements.


L'Institut des fonds d'investissement du Canada (IFIC) en a profité pour répondre à quelques mythes et ainsi aidé les investisseurs, de même que les représentants, à mieux comprendre ces nouvelles exigences.

Mythe 1 : Le MRCC2 s'applique principalement aux fonds communs de placement.

En fait, le MRCC2 s'applique à toutes les valeurs mobilières, ainsi qu'à tous les courtiers en valeurs mobilières et gestionnaires de portefeuille inscrits auprès de l'une ou l'autre commission canadienne de valeurs mobilières.

Mythe 2 : L'industrie ne veut pas que les investisseurs sachent les montants qu'ils paient.

Plus de la moitié des investisseurs de fonds communs de placement affirment déjà bien connaître les frais qu'ils paient et s'entretenir avec leur conseiller à cet égard. Cette proportion devrait augmenter avec la mise en oeuvre du MRCC2, dont le secteur partage pleinement l'objectif, affirme l'IFIC.

Mythe 3 : Le nouveau rapport sur le rendement des placements fournira des indices de référence.

Dans la plupart des cas, le rapport sur le rendement des placements ne fournira pas d'indice de référence. Le rapport porte uniquement sur le taux de rendement personnel de chaque investisseur, qui ne peut être comparé au rendement d'un indice de référence.

Mythe 4 : Le rapport sur les frais et la rémunération indiquera aux investisseurs combien gagne leur représentant.

Le rapport donne des renseignements sur les sommes reçues l'année précédente par la société de courtage pour la prestation de services à l'investisseur. Une partie de ces sommes peut être versée à titre de rémunération au représentant en services financiers de l'investisseur. Le rapport ne précise pas les sommes reçues par le conseiller ni celles qui sont conservées par la société de courtage. Chaque société répartit ces sommes de façon différente, selon son modèle d'affaires et le partage des responsabilités entre la société et le conseiller.

Mythe 5 : Le rapport sur les frais et la rémunération indiquera aux investisseurs le total des coûts associés à leurs placements.

Le MRCC2 concerne uniquement les sommes versées directement ou indirectement à la société de courtage par l'investisseur. Dans le cas de fonds communs de placement, il ne s'applique pas à la divulgation des sommes versées au gestionnaire de placements. Pour bien comprendre le total des coûts associés à un fonds commun de placement, les investisseurs peuvent se reporter au ratio des frais de gestion (RFG) du fonds, indiqué dans l'aperçu de chaque fonds, ainsi qu'aux états financiers.

Rappelons enfin que les courtiers ont jusqu'au 14 juillet 2017 pour commencer l'envoi de ces rapports à leurs clients. Dans la plupart des cas, les investisseurs commenceront à recevoir ces rapports au premier trimestre de 2017.

SUR LE MÊME SUJET MRCC2: une équation à deux parties, mais qu'en est-il de la seconde? - 16.12.12
L'impact du MRCC2 et du régime d'information au moment de la souscription sera évalué - 16.08.22
MRCC2 - La marche à suivre - 16.07.14