Finance et investissement - Absurdité fiscale dénoncée
Concours
 
See also Investment Executive Lundi 20 novembre 2017 FINANCE ET INVESTISSEMENT en page d'accueil

Finance Investissement

Finance et Investissement.com

Absurdité fiscale dénoncée

Envoyer à un ami

nouvelle vedette
Andrea De Martin_123RF Banque d'images

Le fiscaliste Yves Chartrand, qui dirige le Centre québécois de formation en fiscalité (CQFF) qualifie « de torchon législatif » une mesure initiée par le Ministère des Finances du Canada qui vise à stopper les stratégies permettant de multiplier la déduction accordée aux petites entreprises (DPE). D'autres fiscalistes déplorent les résultats « absurdes » des règles mises en place afin d'éviter ce problème.


Yves Chartrand résume ainsi les problèmes pratiques que crée la mesure qui met fin à cet avantage fiscal, dans une note aux participants du CQFF : « Comment écoeurer 99,5 % des contribuables marchant dans le droit chemin pour tenter d'attraper le 0,5 %. »

Ainsi, lors du budget fédéral de 2016, Ottawa empêchait la possibilité de multiplier trop facilement l'accès à la DPE, soit le taux réduit d'imposition des PME sur les premiers 500 000 $ annuels de profits.

Certains médecins, avocats et comptables travaillaient dans des regroupements de professionnels et tiraient avantage de cette situation depuis le milieu des années 2000, fait valoir Yves Chartrand. Par exemple, un groupe (pool) de 10 médecins ou avocats partageant essentiellement des activités similaires pouvait chacun profiter du taux réduit d'imposition sur les premiers 500 000 $ annuels de profit (potentiellement 10 fois 500 000 $, soit 5 millions $ dans cet exemple) plutôt qu'un seul plafond de 500 000$.

« Nous n'avons aucun problème à ce que le ministère des Finances ait bloqué cette avenue pour les «pools» de professionnels. Cela aurait dû même être fait bien avant », écrit Yves Chartrand.

Bien que la grande majorité des regroupements de professionnels qui utilisaient ce stratagème le faisait par l'intermédiaire d'une technique qui impliquait, entre autres, une société en nom collectif, le ministère des Finances du Canada s'est aussi assuré qu'on ne puisse pas le faire en utilisant une société par actions de professionnels (central professional corporation).

Mauvaise méthode


Essentiellement, les règles proposées créent des catégories d'associés et visent à s'assurer du partage, entre les associés, d'un seul plafond des affaires relativement au revenu admissible à la DPE.

« La méthode retenue par les fonctionnaires du ministère des Finances du Canada pour éviter le problème de multiplication de la DPE via une "central professional corporation" est si mauvaise qu'à notre avis, elle relève carrément d'un véritable cirque et presque de l'arnaque », lit-on dans une lettre du CQFF intitulée La grande déroute fiscale du ministère des Finances du Canada et de ses fonctionnaires.

Ce document cite des cas d'aberrations fiscales. Par exemple, un entrepreneur en construction, qui obtient un important contrat de rénovation une caisse Desjardins de sa localité, perdra la DPE sur le revenu de ce contrat parce que son épouse est membre de cette caisse et que le revenu tiré de ce contrat représentera plus de 10 % des revenus de l'entreprise pour l'année.

Ou encore, le propriétaire d'une PME spécialisée dans l'installation de portes et fenêtres résidentielles perdra la DPE sur le tiers de ses revenus puisque son beau-frère est actionnaire de l'un des trois fabricants de portes et fenêtres qui sous-traitent l'installation en faveur de sa société.

« Vous pouvez répéter cet exemple dans de multiples situations du secteur de la construction résidentielle ou commerciale (par exemple, avec des entreprises qui effectuent la pose de gypse pour un entrepreneur général) ainsi que dans de multiples autres domaines (installation de piscines, secteur de l'informatique, secteur agroalimentaire, etc.) », lit-on dans le bulletin du CQFF.

Lors du congrès de l'Association de planification fiscale et financière, à Montréal, au début d'octobre, la fiscaliste Valérie Ménard, associée chez Hardy, Normand & Associés, relevait d'autres cas de contribuables qui ne cherchaient pas à mettre en place de stratagèmes fiscaux, mais qui se retrouvent pénalisés par les nouvelles règles. Comme celui d'un actionnaire d'une PME, Monsieur P, qui touche 15 % de ses revenus auprès d'une grande société privée. Comme sa sœur est à l'emploi de cette grande société et qu'elle en est aussi actionnaire en raison du plan d'actionnariat, les revenus tirés par la PME pour des services rendus à sa société ne seraient pas à la DPE.

« En pratique, le risque d'erreur est élevé. Vous direz que puisque sa sœur est une employée, Monsieur P aurait dû avoir des doutes sur le fait qu'elle pourrait avoir des actions et pourrait lui poser des questions au sujet des avantages liés à son emploi. Peut-être. Mais sa sœur pourrait aussi avoir investi dans la grande société privée et Monsieur P devrait lui demander de partager son bilan personnel à Noël. C'est un peu particulier », a-t-elle déclaré.

Valérie Ménard a également soutenu que les règles proposées demanderont aux PME de segmenter leur clientèle en fonction de critères fiscaux : « Cette information n'est pas utile aux PME et cela ne fera qu'augmenter leur fardeau administratif. »

C'est sans compter que le langage utilisé par le ministère des Finances est « très complexe et comporte des difficultés d'application en pratique ».

« Bien que les annonces du 18 juillet dernier leur aient fait de l'ombre, les nouvelles règles relatives à la DPE seront un sujet d'actualité encore pendant plusieurs mois, et des exemples de situations où leur application donne des résultats aberrants ne font que commencer à être aperçus », a déclaré Valérie Ménard.

Selon Yves Chartrand, le problème de multiplication de la DPE aurait facilement pu être bloqué par l'intermédiaire d'une règle anti-évitement spécifique qui aurait suffisamment fait peur à la communauté fiscale, écrit Yves Chartrand dans sa note : « Il aurait été assez simple, au besoin, d'en prévoir une autre encore plus pointue visant spécifiquement les "central professional corporations". Mais non! Lesdits fonctionnaires du ministère des Finances du Canada ont plutôt choisi une autre voie... beaucoup plus nuisible à une tonne de PME au Canada qui n'ont strictement rien à voir avec ce problème. »

Yves Chartrand déplore que plusieurs organisations spécialisées en fiscalité aient déjà soumis plusieurs autres exemples d'application de cette règle absurde qui crée de nombreuses victimes innocentes parmi les PME : « Pourtant, les fonctionnaires du ministère des Finances du Canada se couvrent présentement de ridicule aux yeux des praticiens en faisant la sourde oreille à ces exemples multiples comme s'il n'y avait pas de problème. Incompétence « pratique » grave, vous dites? Cela saute aux yeux... »

Le ministère des Finances n'a pas souhaité réagir à ces critiques. "Le ministère prend note des commentaires des intervenants et du public au sujet des règles fiscales. De façon générale, le ministère n'émet pas de commentaires sur ceux-ci", indique un responsable des relations avec les médias au Ministère des Finances Canada, dans un courriel.

SUR LE MÊME SUJET Le CQFF déplore des «erreurs grossières» du Ministère des Finances du Canada - 17.09.20
Fiscalité: quelles sources consulter pour approfondir ses connaissances - 15.01.27
La revanche des « riches » - 12.10.04