Finance et investissement - Paie et conflits d'intérêts dans la mire
FI-TV
 
See also Investment Executive Dimanche 28 mai 2017 FINANCE ET INVESTISSEMENT en page d'accueil

Finance Investissement

Finance et Investissement.com

Paie et conflits d'intérêts dans la mire

Envoyer à un ami

1
nouvelle vedette
shock 77/ 123RF Banque d'images

Les assureurs ont jusqu'au 15 septembre 2017 pour mettre en oeuvre les lignes directrices de l'Autorité des marchés financiers (AMF) en matière de gouvernance. Les questions de rémunération et de divulgation sont au coeur des nouvelles règles.

Dans un récent bulletin de l'AMF, une trentaine de pages détaillent la nouvelle ligne directrice en matière de gouvernance.

Cette directive s'applique aux assureurs de personnes, aux assureurs de dommages, aux sociétés de gestion de portefeuille contrôlées par un assureur, aux coopératives de services financiers, aux sociétés de fiducie et aux petites sociétés d'épargne assujetties à la Loi sur les assureurs, la Loi sur les coopératives et la Loi sur les sociétés de fiducie et les sociétés d'épargne.

Au-delà des recommandations classiques concernant le rôle et l'indépendance des conseils d'administration, de la haute direction et des comités d'audit, l'AMF consacre deux sections à la rémunération et aux principes de divulgation et de transparence.

Les assureurs devront s'assurer que leurs politiques de rémunération des membres de la haute direction, du conseil d'administration (CA) et des fonctions de surveillance n'induisent pas de risques exagérés, selon les recommandations de l'AMF.

«La dernière crise financière a été provoquée par une prise de risque excessive à court terme sur laquelle la rémunération était basée sans prendre en considération la culture de l'entreprise et le traitement équitable du consommateur, c'est ce qu'on veut éviter», dit Julien Reid, directeur principal de l'encadrement des institutions financières, de la résolution et de l'assurance-dépôts à l'AMF.

Le but recherché par l'AMF est d'éviter que la rémunération soit démesurée par rapport aux pratiques internes de l'assureur. Le principe n'est pas nouveau, mais l'AMF en a élargi la portée. Les directives ne touchent plus seulement la présidence ou la vice-présidence, mais aussi les membres du CA et toute personne qui joue un rôle clé dans la prise de risques de l'institution.

«L'idée n'est pas de limiter la rémunération, précise Julien Reid. Notre rôle n'est pas de nous ingérer là-dedans, mais de nous assurer qu'on mette sur papier des politiques qui reflètent les différents risques, nous assurer que la rémunération en tient compte et qu'on puisse le démontrer à l'AMF lors des inspections.»

Chez les assureurs, la rémunération n'a pas connu les mêmes excès que chez les banquiers au cours des dernières années, note Michel Nadeau, directeur général de l'Institut sur la gouvernance d'organisations privées et publiques (IGOPP): «Chez les assureurs, il y a moins de cadres exécutifs et moins de rémunération variable, comme c'est le cas dans le domaine bancaire et dans le courtage. Les multiples sont plus raisonnables que dans les six grandes banques».

Plus de transparence

L'AMF n'exige pas de divulgation de la rémunération, mais on peut lire dans le Bulletin qu'elle se réserve, dans l'exercice de sa fonction de surveillance, le droit «de chercher à obtenir des informations additionnelles pouvant inclure des éléments sensibles, tels que l'évaluation par le conseil d'administration du cadre de gouvernance, les rapports d'audit interne et des détails sur la structure de rémunération, particulièrement reliés à la prise de risque».

«Tout divulguer n'est pas nécessairement bon. On peut se retrouver avec des milliers de pages et que l'objectif ne soit pas atteint, dit Julien Reid. On veut de l'efficacité dans la reddition de compte et assez de transparence pour que tout le monde comprenne ce qui est divulgué, tant sur le plan financier que dans les autres aspects liés au risque.»

Dans l'ensemble, l'AMF précise ses attentes sur ce qu'elle considère des pratiques de gestion saine et prudente. «C'est une culture de gouvernance qu'on veut voir implantée, jumelée avec une culture de protection du consommateur», dit Julien Reid.

Michel Nadeau donne une bonne note à l'AMF à ce chapitre. «C'est un très bel effort, dit-il. Tous les principes de gouvernance sont là. Si j'avais eu à améliorer un petit truc, j'aurais souligné le fait que les membres d'un conseil doivent travailler très fort pour connaître leur industrie et son modèle d'affaires. C'est peut-être encore plus vrai dans l'industrie financière, où les produits sont complexes.»

Il cite l'exemple des polices d'assurance pour lesquelles les conseillers reçoivent d'importantes commissions de départ (commissions accélérées). «Plus vous vendez la première année, moins vous faites d'argent. Dans ce contexte, une baisse de rentabilité ne devrait pas être préoccupante, car ça veut dire que vous vendez beaucoup. À l'inverse, si vous faites de gros profits en partant, ça veut dire que vous avez peu vendu. L'administrateur doit bien comprendre cela», dit Michel Nadeau.

Selon lui, les règles de base rappelées par l'AMF valent surtout pour les petites sociétés d'assurance. «En effet, l'industrie a déjà réglé bien des problèmes. Par exemple, la plupart des grands assureurs ont séparé le rôle de président de celui de président du conseil. Ce n'est pas parfait, mais dans l'ensemble, le secteur financier a bien évolué», indique le directeur général de l'IGOPP.

1