Finance et investissement - À la défense du CELI
Concours
 
See also Investment Executive Dimanche 23 juillet 2017 FINANCE ET INVESTISSEMENT en page d'accueil

Finance Investissement

Finance et Investissement.com

À la défense du CELI

Envoyer à un ami

Le président et chef de la direction de l'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM), Ian Russell, persiste et signe : le Compte d’épargne libre d’impôt (CELI) est bon pour l'économie canadienne et les citoyens.

Dans un article écrit dans le Financial Post du 10 mars, le patron des ACCVM souligne la popularité de l'outil utilisé par 13 millions de personnes et sa flexibilité. Ian Russell répond aussi aux critiques récentes sur l'outil d'épargne.

Il s'en prend particulièrement à deux études qui indiquaient que si le gouvernement canadien doublait la limite du CELI à 10 000 $ par année, cette mesure le priverait de plusieurs milliards de dollars.

Le Bureau du directeur parlementaire du budget soulignait dans une étude récente que les pertes fiscales actuelles sont de 1,3 milliard de dollars (G$) et qu'elles atteindront 2,8 G$ par année en 2020.

Aussi, le rapport de l'institut Broadbent stipulait que si le gouvernement conservateur allait de l'avant avec sa promesse de la campagne de 2011, les Canadiens de classe moyenne n'en bénéficieraient et les plus riches en profiteraient largement.

Pour Ian Russell, les calculs de pertes fiscales des deux études ne sont pas exacts. Selon lui, les revenus créés dans le CELI ont un effet bénéfique sur l'économie canadienne et généreront d'autres revenus fiscaux.

Sans avancer de chiffres sur les retours dans l'économie canadienne d'un tel calcul, il précise que le CELI n'est pas seulement un produit populaire, mais bien un outil économique qui favorise l'emploi et la croissance économique.  
SUR LE MÊME SUJET Les titres préférés de Nadim Rizk - 15.03.16
Emploi: le temps plein stagne au Québec en février - 15.03.13
Carlos Leitao promet un budget équilibré le 26 mars - 15.03.11