Nouvelles – Finance et Investissement https://www.finance-investissement.com Source de nouvelles du Canada pour les professionnels financiers Fri, 16 Apr 2021 12:54:22 +0000 fr-CA hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.4.2 https://www.finance-investissement.com/wp-content/uploads/sites/2/2018/02/cropped-fav-icon-fi-1-32x32.png Nouvelles – Finance et Investissement https://www.finance-investissement.com 32 32 Les entrepreneuses noires se heurtent à des barrières financières https://www.finance-investissement.com/nouvelles/actualites/les-entrepreneuses-noires-se-heurtent-a-des-barrieres-financieres/ Fri, 16 Apr 2021 12:54:22 +0000 https://www.finance-investissement.com/?p=79363 Notamment pour les coûts d’emprunt.

L’article Les entrepreneuses noires se heurtent à des barrières financières est apparu en premier sur Finance et Investissement.

]]>
La grande majorité des femmes noires qui sont des entrepreneuses au Canada disent qu’elles font face à des obstacles importants en ce qui a trait au financement, y compris pour les coûts d’emprunt, ont révélé les résultats d’une étude.

Le rapport publié par la Black Business and Professional Association s’est intéressé à la façon dont la pandémie a affecté les femmes entrepreneuses noires qui ont été plus durement touchées et moins susceptibles d’avoir accès à un soutien.

Selon les résultats de l’enquête, 78,5 % des répondantes étaient d’accord ou tout à fait d’accord pour dire que l’accès au financement était un problème, tandis que 74,7 % d’entre elles ont affirmé que le coût de l’emprunt était un problème.

En outre, moins d’un cinquième des répondantes utilisaient du crédit obtenu auprès d’une institution financière, et la plupart des femmes noires utilisaient du financement personnel.

Le rapport a souligné que les femmes noires avaient souvent été poussées à démarrer leur propre entreprise à la suite d’expériences de préjugés et de racisme sur leurs lieux de travail.

La présidente du groupe a indiqué que la pandémie avait mis de nombreuses entreprises en danger, ce qui venait s’ajouter à des obstacles tels que la discrimination systémique et le racisme auxquels les entrepreneuses noires sont déjà confrontées.

Nadine Spencer estime que le rapport démontre que le soutien aux entrepreneuses noires doit augmenter alors que le Canada progresse dans sa reprise économique.

L’enquête a été réalisée à partir d’une analyse de données récoltées avec des questionnaires auprès de 700 femmes noires qui sont entrepreneuses, a précisé le groupe.

L’article Les entrepreneuses noires se heurtent à des barrières financières est apparu en premier sur Finance et Investissement.

]]>
La COVID-19 pèse lourd sur la fiscalité des Canadiens  https://www.finance-investissement.com/nouvelles/actualites/la-covid-19-pese-lourd-sur-la-fiscalite-des-canadiens/ Fri, 16 Apr 2021 12:07:22 +0000 https://www.finance-investissement.com/?p=79298 La plupart des contribuables doivent tenir compte des incidences fiscales associées à la pandémie.

L’article La COVID-19 pèse lourd sur la fiscalité des Canadiens  est apparu en premier sur Finance et Investissement.

]]>
Difficile d’oublier la pandémie lorsque vient le temps de produire sa déclaration de revenus. Entre les prestations gouvernementales et le télétravail, la COVID-19 va laisser une trace dans la fiscalité des contribuables en 2020.

Ainsi, plus de la moitié des Québécois (58 %) disent devoir tenir compte des incidences fiscales de la pandémie dans leurs déclarations de revenus, contre 64 % des Canadiens, révèle une étude d’IG Gestion de patrimoine.

Un peu plus du tiers des Québécois (36 %) et près de la moitié des Canadiens (46 %) comptent demander une déduction fiscale pour travail à domicile.

Un pourcentage plus ou moins équivalent (35 % des Québécois et 46 % des Canadiens) devront tenir compte des incidences de la Prestation canadienne d’urgence (PCU) ou d’autres prestations offertes par le gouvernement.

La pandémie a également forcé certains contribuables à prendre un second emploi. Ainsi, 21 % des Québécois et de plus du quart des Canadiens qui affirment devoir déclarer un second emploi dans leur déclaration de 2020.

Malgré tous ces changements, le tiers des sondés estiment bien comprendre les incidences fiscales de la COVID-19. À noter toutefois que la moitié des Québécois (et 35 % des Canadiens) confient la préparation de leurs déclarations de revenus à un spécialiste.

Parmi ceux qui comptent produire eux-mêmes leurs déclarations, 32 % des Québécois comptent utiliser un logiciel de préparation de déclarations, 4 % feront une déclaration papier et 13 % se tourneront vers un proche pour les aider à remplir celle-ci.

Un peu moins de la moitié des Québécois (43 %) estiment qu’ils profiteront de toutes les déductions.

En conclusion, il est rassurant de voir que, malgré toutes ces nouvelles variables, la grande majorité des contribuables, soit 97 % des Québécois et 94 % des Canadiens, comptent bien produire leur déclaration avant la date limite fixée le 30 avril.

L’article La COVID-19 pèse lourd sur la fiscalité des Canadiens  est apparu en premier sur Finance et Investissement.

]]>
Daniel Walsh prend du galon https://www.finance-investissement.com/nouvelles/developpement-des-affaires/avis-de-nomination-developpement-des-affaires/daniel-walsh-prend-du-galon/ Fri, 16 Apr 2021 12:07:07 +0000 https://www.finance-investissement.com/?p=79182 NOUVELLES DU MONDE - Daniel Walsh a été promu au poste de vice-président principal et chef, Assurance vie individuelle et rentes, chez BMO Assurance.

L’article Daniel Walsh prend du galon est apparu en premier sur Finance et Investissement.

]]>
Connaisseur expérimenté du milieu des agents généraux et des conseillers, Daniel Walsh supervisera la stratégie canadienne de l’entreprise en assurance vie individuelle, fonds distincts et rentes. Il dirigera les équipes gestion de produits, contrats et rémunération et développement des affaires.

« Comptant plus de 25 ans d’expérience dans le secteur de l’assurance vie, Daniel a clairement démontré qu’il est un véritable leader au grand esprit stratégique et qu’il obtient des résultats exceptionnels », a affirmé Peter McCarthy, président et chef de la direction, dans le cadre d’un communiqué à l’intention des conseillers.

Pour sa part, le nouveau responsable des secteurs de l’assurance vie individuelle et des rentes de BMO a signalé vouloir « obtenir plus d’affaires auprès des conseillers indépendants ».

Daniel Walsh s’est joint à l’organisation en 2007 à titre de vice-président régional, Québec et Atlantique.

En 2016, il était nommé vice-président au développement des affaires. Il succédait alors à Caron Czorny qui prenait sa retraite. Daniel Walsh a été responsable des ventes à l’échelle canadienne. Il a également œuvré au maintien des relations avec les agents généraux et les conseillers.

En début de carrière, Daniel Walsh a été vice-président régional des ventes pour RBC Assurances (2005–2007) et directeur du marketing pour National Life (2000–2005).

Diplômé du programme de baccalauréat en actuariat de l’Université Laval (1991), Daniel Walsh détient les titres de CFA et de Certified Senior Advisor (CSA). Il est associé de la Society of Actuaries. Il est membre de la Conference for Advanced Life Underwriting (CALU) et de l’Association de la planification fiscale et financière (APFF).

Daniel Walsh représente BMO Assurance auprès de CAILBA, l’Association canadienne des agences indépendantes de courtage d’assurance vie.

L’article Daniel Walsh prend du galon est apparu en premier sur Finance et Investissement.

]]>
Vers une prise de conscience grâce à l’affaire Gamestop? https://www.finance-investissement.com/nouvelles/actualites/vers-une-prise-de-conscience-grace-a-laffaire-gamestop/ Fri, 16 Apr 2021 12:07:05 +0000 https://www.finance-investissement.com/?p=79102 Les petits investisseurs ont une force cachée qu'ils pourraient bien commencer à utiliser.

L’article Vers une prise de conscience grâce à l’affaire Gamestop? est apparu en premier sur Finance et Investissement.

]]>
La ruée des petits investisseurs sur les titres de Gamestop pourrait présager de l’avenir des relations entre les plus petits et les plus grands acteurs des marchés financiers.

Là où le mouvement Occupy Wall Street a finalement obtenu peu d’avancées, la vague spéculative sur Gamestop a contraint le courtier Robinhood à intervenir pour suspendre les transactions. Et même la puissante Securities and Exchange Commission (SEC) a dû annoncer des mesures de surveillance sur les titres de l’entreprise de distribution de jeux vidéo.

Cet événement a fait comprendre aux petits investisseurs qu’ils avaient l’avantage du nombre, affirme Pierre-Luc Trudel, le rédacteur en chef du magazine Avantages.

Et le même événement devrait faire comprendre aux régimes de retraite qu’une nouvelle ère a commencé.

D’autres initiatives pourraient désormais être organisées pour profiter de cet avantage du nombre. De telles opérations pourraient être structurées par des petits investisseurs désireux de remettre en question des choix d’investissement controversés par les grands investisseurs, comme les régimes de retraite.

Ces initiatives pourraient donner une résonance considérable à des polémiques jusque-là peu connues du grand public, comme lorsque la presse spécialisée a relevé les placements de l’Office d’investissement du régime de pensions du ­Canada (OIRPC) dans des exploitants de prisons américaines, qui détenaient des milliers de migrants latino-américains.

L’avantage du nombre pourrait donner des idées aux participants des régimes de retraite, y compris les plus importants comme l’OIRPC, afin d’influer sur leurs choix d’investissements.

De telles pressions ont déjà été exercées sur des régimes de retraite pour qu’ils revoient leurs investissements dans des manufacturiers d’armes à feu, dans le secteur des énergies fossiles ou dans la production de tabac par le passé.

Ces grands investisseurs doivent dès à présent se préparer à démontrer de la transparence, à répondre aux questions voire à consulter leurs investisseurs et participants, dès que ceux-ci se seront entièrement emparés du pouvoir que leur nombre peut leur conférer. À condition qu’ils parviennent à suffisamment s’organiser pour devenir audibles.

L’article Vers une prise de conscience grâce à l’affaire Gamestop? est apparu en premier sur Finance et Investissement.

]]>
Nouvelle plateforme de gestion de patrimoine numérique pour les courtiers québécois https://www.finance-investissement.com/nouvelles/actualites/nouvelle-plateforme-de-gestion-de-patrimoine-numerique-pour-les-courtiers-quebecois/ Fri, 16 Apr 2021 12:07:04 +0000 https://www.finance-investissement.com/?p=79096 Agora a lancé sa plateforme au Québec le 8 avril dernier.

L’article Nouvelle plateforme de gestion de patrimoine numérique pour les courtiers québécois est apparu en premier sur Finance et Investissement.

]]>
Agora a lancé sa plateforme de gestion de patrimoine numérique de Services aux courtiers Agora le 8 avril dernier. Cette dernière était déjà offerte au Canada anglais depuis 2019. Elle est destinée aux courtiers et conseillers indépendants, le but étant de leur fournir une alternative pour rivaliser avec les robots-conseillers et les grandes institutions financières.

« Nous sommes ravis de pouvoir lancer notre plateforme au Québec et d’offrir nos produits et services aux courtiers et conseillers indépendants de cette province, affirme Robert Smuk, chef de la direction chez Services aux courtiers Agora. Notre objectif est de garantir que la technologie soutient, et non remplace, le conseiller. »

Agora propose ainsi des solutions technologiques pour appuyer les conseillers indépendants dans leur flux de travail. Sa plateforme réunit des fonds communs de placement, des capacités technologiques et des outils de gestion pour le réseau des conseillers indépendants afin de fournir des solutions de placement impartiales. Elle offre également des options de compte à frais de service et autogérés à faible coût tout en assurant une coordination continue de l’administration et des produits.

« Notre plateforme entièrement bilingue, notre site Web et nos formulaires offrent aux conseillers québécois et à leurs courtiers une multitude de nouvelles capacités, conformes et dynamiques, afin de les aider à être concurrentiels sur le marché actuel, ajoute Zak Mouline, vice-président du développement des affaires, Services aux courtiers Agora. Ils peuvent se concentrer sur leurs clients pendant qu’Agora fait le gros du travail en arrière-plan. »

L’article Nouvelle plateforme de gestion de patrimoine numérique pour les courtiers québécois est apparu en premier sur Finance et Investissement.

]]>
Fermeture de fonds à RBC   https://www.finance-investissement.com/nouvelles/produits-et-assurance/fermeture-de-fonds-a-rbc/ Fri, 16 Apr 2021 12:07:02 +0000 https://www.finance-investissement.com/?p=79076 PRODUITS – Trois fonds sont visés par cette annonce.

L’article Fermeture de fonds à RBC   est apparu en premier sur Finance et Investissement.

]]>
RBC Gestion mondiale d’actifs compte fermer trois de ses fonds le 25 juin prochain, soit:

  • le Fonds d’obligations mondiales convertibles $ US BlueBay (Canada);
  • la Catégorie d’obligations mondiales convertibles $ US BlueBay (Canada);
  • et le Fonds d’obligations mondiales et de devises RBC.

Les porteurs de parts ont jusqu’à la clôture des marchés le 23 juin 2021 pour demander le rachat ou l’échange de leur part. Après cette date, les parts encore en circulation seront rachetées et le produit sera distribué aux porteurs.

Pour les fonds détenus dans des régimes enregistrés, à moins d’instructions particulières, le produit du rachat restera dans le régime. À noter que les opérations n’entraineront aucune conséquence fiscale.

À l’inverse, si les parts de fonds sont détenues dans un compte non enregistré, la fermeture sera considérée comme une disposition réputée et pourrait entraîner un gain ou une perte en capital imposable.

L’article Fermeture de fonds à RBC   est apparu en premier sur Finance et Investissement.

]]>
CDPQ: la rémunération globale est dévoilée https://www.finance-investissement.com/nouvelles/actualites/cdpq-la-remuneration-globale-est-devoilee/ Thu, 15 Apr 2021 17:16:23 +0000 https://www.finance-investissement.com/?p=79300 La valeur combinée pour les six plus hauts dirigeants s’établit à près de 15 M$.

L’article CDPQ: la rémunération globale est dévoilée est apparu en premier sur Finance et Investissement.

]]>
Au terme d’une année mouvementée en raison de la pandémie de COVID-19, les six plus hauts dirigeants de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) ont vu leur rémunération globale et autres paiements compensatoires s’établir à 14,6 millions de dollars (M$) en 2020.

Ces informations figurent dans le plus récent rapport annuel du bas de laine des Québécois, qui a été déposé jeudi, à l’Assemblée nationale.

Les émoluments, qui tiennent comptent du salaire de base, de la rémunération incitative et d’autres avantages, se sont établis à 12,7 M$. À cette somme s’ajoutent 1,9 M$ versés en « montants compensatoires », dont un totalisant 1,48 M$ au président et chef de la direction, Charles Émond, dans la foulée de son embauche comme premier vice-président en 2019. Il a accédé au plus haut poste de direction de la Caisse au début février 2020.

Le successeur de Michael Sabia a vu sa rémunération globale s’établir à 3,45 M$ à sa première année aux commandes de l’institution, ce qui tient compte s’un salaire de base de 546 000 $. Il a touché une prime de 1,24 M$ et a choisi de placer 1,5 M$ en coinvestissement, une somme qui pourra gonfler ou diminuer en fonction du rendement de la Caisse.

La rémunération totale de Charles Émond demeure néanmoins inférieure à celle qui a été octroyée à d’autres gestionnaires de régimes de retraite.

À l’Office d’investissement du Régime de pensions du Canada, par exemple, la rémunération totale du plus haut dirigeant a été d’environ 5,9 M$ au cours du dernier exercice. Du côté du Régime de retraite des enseignants de l’Ontario, elle s’est chiffrée à 5,4 M$.

Par ailleurs, en 2019, Michael Sabia avait eu droit à une rémunération globale de 4,4 M$.

En 2020, la CDPQ a livré un rendement de 7,7 %, ce qui s’est révélé inférieur à celui de son indice de référence, fixé à 9,2 %, alors que ses actifs immobiliers ont enregistré une contre-performance à cause de l’impact de la crise sanitaire.

L’article CDPQ: la rémunération globale est dévoilée est apparu en premier sur Finance et Investissement.

]]>
Les femmes encore sous représentées dans les CA https://www.finance-investissement.com/nouvelles/actualites/les-femmes-encore-sous-representees-dans-les-ca/ Thu, 15 Apr 2021 13:00:20 +0000 https://www.finance-investissement.com/?p=79292 Et ce malgré les efforts engagés pour que ce ne soit plus le cas.

L’article Les femmes encore sous représentées dans les CA est apparu en premier sur Finance et Investissement.

]]>
Les femmes restent sous-représentées dans les conseils d’administration (CA) des sociétés canadiennes inscrites à la cote de la Bourse de Toronto, malgré l’introduction d’exigences de divulgation destinées à augmenter leur nombre, a conclu une étude menée par un groupe de réflexion d’Ottawa.

Le Conference Board du Canada a indiqué que même si des progrès avaient été enregistrés dans la proportion de femmes occupant des sièges dans les CA, la cadence du changement demeurait lente.

« Il reste encore beaucoup à faire si nous voulons atteindre cet objectif de parité plus tôt », a souligné Susan Black, cheffe de la direction du Conference Board et autrice principale de l’étude, dans une entrevue.

En 2015, la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario et d’autres organismes de réglementation canadiens ont mis en œuvre une règle qui oblige la plupart des sociétés cotées en Bourse à divulguer le nombre de femmes occupant des postes clés, et à fournir des explications si elles n’ont pas atteint leurs objectifs.

Selon l’étude du Conference Board, les femmes ne représentaient que 15 % des personnes membres des CA canadiens en 2018 – une augmentation de seulement quatre points de pourcentage par rapport à 2015, année où sept provinces et deux territoires ont introduit ces exigences.

« (Les) exigences améliorées (…) n’ont pas réussi à accélérer l’entrée des femmes dans les conseils d’administration des entreprises », indique le rapport du Conference Board.

Selon Susan Black, les chiffres démontrent qu’obliger les organisations à déclarer publiquement ce qu’elles font n’est pas suffisant pour changer les comportements et accélérer les progrès vers la parité dans les CA.

L’étude a révélé que plus de la moitié des sièges du CA devenus vacants en 2018 étaient allés à des hommes, et qu’environ le quart des sièges ont été laissés vacants ou éliminés.

Si les hommes et les femmes étaient nommés en vertu d’un ratio de 50:50, les CA atteindraient la parité en cinq ans, a calculé Susan Black.

« La bonne nouvelle est que les femmes occupent toujours un quart des sièges dans les conseils d’administration; la mauvaise nouvelle est que les femmes n’occupent qu’un quart des sièges dans les conseils d’administration », a-t-elle ajouté.

Lire aussi: La place des femmes, un véritable combat de l’ESG

Susan Black a précisé que certaines approches que les organisations pouvaient adopter pour y parvenir consistaient à fixer des objectifs de diversité et des limites de mandat spécifiques au CA, ainsi qu’à tenir une liste de candidats potentiels au conseil d’administration et à s’assurer que cette liste est diversifiée.

La recherche a été effectuée en compilant toutes les données de divulgation publique publiées par les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) de 2015 à 2018, qui comprenaient les données de 589 entreprises.

Cet article a été produit avec l’aide financière des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.

L’article Les femmes encore sous représentées dans les CA est apparu en premier sur Finance et Investissement.

]]>
Nouvelle directrice de la diversité et de l’inclusion à Franklin Templeton https://www.finance-investissement.com/nouvelles/developpement-des-affaires/avis-de-nomination-developpement-des-affaires/nouvelle-directrice-de-la-diversite-et-de-linclusion-a-franklin-templeton/ Thu, 15 Apr 2021 12:12:12 +0000 https://www.finance-investissement.com/?p=79092 NOUVELLES DU MONDE – LeeAnn Sims rejoint la firme à ce titre.

L’article Nouvelle directrice de la diversité et de l’inclusion à Franklin Templeton est apparu en premier sur Finance et Investissement.

]]>
LeeAnn Sims a été nommée directrice de la diversité et de l’inclusion à Franklin Templeton. À ce titre, elle travaillera avec Regina Curry, directrice de la diversité de la firme, afin d’élaborer des stratégies, mettre en place une structure de gouvernance et des mesures de performance en matière de diversité et d’intégration.

Elle devra également travailler avec des partenaires internes et externes et avec les parties prenantes de la communauté pour intégrer une optique équitable dans tous les aspects de l’entreprise et sera en étroite collaboration avec les Business Resource Groups (BRG) dirigés par les employés de Franklin Templeton, qui offrent des possibilités de réseautage, d’impact sur les résultats commerciaux et de promotion de l’équité au sein des communautés.

« LeeAnn Sims est une praticienne accomplie en matière de D&I, avec une expertise avérée dans la conduite de programmes de diversité, d’équité et d’inclusion, et je suis très heureux de l’avoir à bord pour que nous puissions tirer parti de ses connaissances et de son expérience bien équilibrées », a commenté Regina Curry.

Avant de se joindre à Franklin templeton, LeeAnn Sims était directrice de programme pour la diversité, l’équité et l’inclusion à CareFirst BlueShield. Elle a également occupé le poste de directrice de programme D&I chez T. Rowe Price.

LeeAnn Sims est titulaire d’un MBA de l’université Saint Joseph et d’une licence en études américaines de l’université George Washington. Elle est également membre du comité consultatif du programme Urban Scholars de la CollegeBound Foundation.

L’article Nouvelle directrice de la diversité et de l’inclusion à Franklin Templeton est apparu en premier sur Finance et Investissement.

]]>
La pandémie force les Américains à revoir leurs finances  https://www.finance-investissement.com/nouvelles/economie-et-recherche/la-pandemie-force-les-americains-a-revoir-leurs-finances/ Thu, 15 Apr 2021 12:12:05 +0000 https://www.finance-investissement.com/?p=79090 Près de la moitié d’entre eux ont modifié leur tolérance au risque.

L’article La pandémie force les Américains à revoir leurs finances  est apparu en premier sur Finance et Investissement.

]]>
En raison de la pandémie, de nombreux Américains fortunés ont repensé leur façon d’épargner, de dépenser et d’investir, selon une enquête publiée par Bank of America. Environ 44 % des sondés ont modifié leur tolérance au risque d’investissement en un an. Parmi ceux-ci 23 % ont décidé de se montrer plus agressifs et 21 % ont choisi à l’inverse d’être plus prudents.

Il est intéressant de voir que les investisseurs plus jeunes semblent être davantage influencés par l’appât du gain. Ainsi, 52 % des milléniaux ont adopté une approche plus agressive, alors que ce pourcentage s’élève à 23 % si l’on prend l’ensemble des sondés.

La pandémie a eu un autre effet, elle a permis de faire des économies. Quatre répondants sur cinq affirment avoir pu mettre de l’argent de côté, en raison de l’impossibilité de voyage, de sortir au restaurant ou dans des bars. La majorité des sondés (52 %) ont mis cet argent sur des comptes d’épargne et 25 % l’ont placé dans des fonds d’urgence.

Davantage d’investisseurs autonomes

 L’enquête s’est également penchée sur la façon dont les Américains fortunés se renseignent sur l’économie et le marché et comment ils gèrent leurs investissements. Si la plupart affirment faire affaire avec un conseiller en service financier (45 %), on peut voir que d’autres se tournent vers d’autres moyens. Ainsi 37 % utilisent les plateformes de gestion d’investissement en ligne, 32 % les sites Web d’information et 30 % s’informent et investissent en suivant les conseils et informations de leurs amis ou de leur famille.

En fait, plus de la moitié des Américains fortunés adoptent une approche autogérée de l’investissement ou utilisent l’investissement autogéré en combinaison avec les conseils d’un conseiller financier.

Ainsi, 40 % effectuent leurs propres recherches et gèrent entièrement leurs investissements en utilisant des plateformes en ligne, 28 % consultent un conseiller financier uniquement pour des conseils en matière d’investissement, 16 % utilisent une combinaison de l’autogestion et d’un conseiller, et 9 % consultent uniquement un robot-conseiller.

Afin de choisir leur courtier ou conseiller en ligne, la majorité des investisseurs (63 %) se basent sur leur réputation, 53 % sur les frais, 42 % sur des recommandations personnelles et 41 % sur l’accessibilité.

Quant aux menaces jugées comme les plus importantes pour leur réussite financière, les répondants ont exprimé leur inquiétude vis-à-vis de facteurs indépendants de leur volonté. Ainsi 62 % craignent une récession économique, 55 % la volatilité des marchés, 50 % citent l’augmentation du coût des soins de santé et 44 % parlent de la durée de la crise sanitaire mondiale actuelle.

Cette enquête a été menée en ligne du 28 octobre au 5 novembre 2020 auprès de 2000 Américains aisés.

L’article La pandémie force les Américains à revoir leurs finances  est apparu en premier sur Finance et Investissement.

]]>