Finance et investissement - Robot-conseiller avec intelligence artificielle
Concours
 
See also Investment Executive Lundi 20 novembre 2017 FINANCE ET INVESTISSEMENT en page d'accueil

Finance Investissement

Finance et Investissement.com

Robot-conseiller avec intelligence artificielle

Envoyer à un ami

PLANÈTE FINANCE - L'intégration grandissante de l'intelligence artificielle dans le secteur bancaire fait rapidement évoluer la nature des outils offerts à la clientèle.


La nouvelle tendance à la mode dans la finance prend cette fois la forme d'un assistant virtuel « capable de donner des conseils au quotidien sur la gestion de son argent », indique La Tribune.

La version récemment présentée par Bank of America au salon Money2020 de Las Vegas par Bank of America s'appelle Erica. Elle peut vous contacter par texto ou vocalement et d'une « voix légèrement métallique au débit rapide », offrir des conseils basés sur l'analyse de l'historique de vos opérations, à l'aide d'un processus reposant sur l'intelligence artificielle, en plus d'effectuer vos opérations et de vous en fournir la confirmation.

« La technologie se développe à une vitesse sans précédent dans l'histoire et change la façon dont nos clients interagissent avec nous, et c'est pour cela que nous sommes enthousiastes chez Bank of America d'inaugurer cette nouvelle ère de la banque. Ces solutions ont été conçues pour donner aux clients la simplicité et le côté pratique qu'ils veulent pour gérer sans frictions leur vie financière et au-delà », a témoignée Michelle Moore, responsable de la banque numérique chez Bank of America, cité par La Tribune.

Chez Capital One, l'assistant virtuel lancé au printemps prend la forme d'un « petit robot-logiciel de chat instantané obéissant à la voix ».

Pour sa part, Mastercard prévoit aussi le lancement prochain d'un assistant numérique conversationnel reposant sur l'intelligence artificielle, qui permettra « aux consommateurs d'effectuer des transactions, de gérer leurs finances et de réaliser leurs achats via des plateformes de messagerie », telles que Facebook Messenger.

Mastercard a fait appel à la startup Kasisto, issue de l'ex-Stanford Research Institute dont est sortie l'application Siri de l'iPhone, pour concevoir son assistant virtuel. Il sera produit dans une version destinée aux banques et une autre, aux commerçants. L'assistant virtuel sera notamment en mesure de « répondre aux requêtes clients, résoudre leurs problèmes », de façon « aussi facile et naturelle qu'écrire un texto à un ami », rapporte La Tribune.

Dans une récente étude, le cabinet Forrester mettait toutefois les institutions financières en garde contre le risque de réputation non négligeable que peut entraîner l'utilisation d'assistant virtuel. Forrester jugeant au final qu'ils « n'étaient pas mûrs, pas assez fiables pour être utilisés par les banques », et soulignant que, « lorsqu'il s'agit d'opérations ou de conseils portant sur l'argent, les enjeux sont trop élevés ».

Un autre question, de nature éthique est aussi soulevée par l'apparition de ces assistants virtuels, à savoir si ces coachs financiers, disponibles jour et nuit, sept jours sur sept, feront davantage dépenser ou épargner la clientèle ?

Avec La Tribune.

SUR LE MÊME SUJET La révolution digitale oblige le secteur des banques à se transformer - 15.10.15
Les conseillers-robots: pareils ou pas pareils? - 16.10.17
Quand les robots courtisent les conseillers - 16.10.15