Concours conseillers
 
See also Investment Executive Vendredi 24 octobre 2014 FINANCE ET INVESTISSEMENT en page d'accueil

Finance Investissement

Finance et Investissement.com

Planète finance : laissez brûler la maison, il n'a pas payé ses factures

OUTILS
Envoyer à un ami

Envoyer à un ami

Imprimer
Nous écrire
Bookmark and Share

Dans le comté de Obion, au Tennessee, une famille a vu sa maison entièrement détruite par un incendie. Les pompiers ont refusé d'intervenir… parce que le propriétaire a omis de payer ses factures.

Dans cette région rurale, chaque propriétaire doit acquitter sa facture annuelle du service incendie. Coût : 75$US.

Lorsque la famille Cranick s'est précipitée hors de leur maison en feu, les voisins ont alerté les pompiers. Ceux-ci ont refusé de se déplacer sur les lieux de l'incendie. Interviewé par les médias locaux, le maire de South Fulton a déclaré que chacun doit payer ses factures. « Sinon, vous n'avez pas de chance... », a-t-il ajouté. South Fulton est une petite ville de la région qui offre le service anti-incendie pour le comté rural où a eu lieu le sinistre.

Les Cranick et leurs voisins ont tenté par eux-mêmes d'éteindre le feu avec leurs boyaux d'arrosage. Sans succès. C'est seulement quand le feu s'est étendu à la propriété voisine, dont la facture anti-incendie avait été acquittée, que les pompiers sont intervenus, comme le rapporte la chaîne de télé locale.

L'affaire, qui a été reprise par le célèbre chroniqueur du New York Times, Paul Krugman, sur son blogue, s'est transformée en un virulent débat entre conservateurs et libéraux. Les premiers approuvent massivement la gestion du maire. Les autres affirment qu'il s'agit là d'une manifestation typique du « chacun pour soi », défendue par les gens de la droite, notamment ceux du Tea Party. De fait, le maire et tous les élus locaux sont Républicains.

Krugman compare ce débat à celui de l'assurance maladie. « C'est comme si vous empêchez quelqu'un d'obtenir des soins médicaux urgents parce qu'il n'a pas d'assurance vie. Voulez-vous vivre dans une société où ce genre de chose se produit? »

Pour l'anecdote, après le sinistre, le fils du propriétaire fut arrêté par la police après qu'il eût frappé le chef des pompiers.

Pas toujours universel et gratuit

Historiquement, les services de lutte contre les incendies ont été créés par les assureurs de dommages.

À Montréal, chaque immeuble avait une plaque à l'effigie d'un assureur précis. Les immeubles sans plaque ne bénéficiaient pas du service anti-incendies. Il a fallu le grand incendie du 9 juillet 1852, qui a rasé le quart de la ville (1112 maisons détruites, 10 000 personnes à la rue) pour que la Ville instaure un service professionnel de lutte contre les incendies.

Depuis le début de la colonie, Montréal a souffert de plus de 200 sinistres, dont certains furent majeurs. Avant que soient créées des casernes de pompiers, dès qu'une alerte est donnée, au son du tocsin, les habitants de Montréal doivent se rendre immédiatement à l'église Notre-Dame, où sont entreposés les seaux, pelles, échelles et sacs de sable. Toute absence est sanctionnée par une amende.

Ils se dirigeaient ensuite vers les lieux du sinistre, se passant les seaux d'eau de main en main, parfois achetant le précieux liquide de vendeurs itinérants!

Une fascinante exposition du Centre d'histoire de Montréal illustre les technique anti-incendies de l'époque.

 

 

Temple de la renommée

Indices boursiers

Symbole Cours $ Variation $ Variation
S&P/TSX Composé 14531.9 45.07  
NASDAQ Composé 4470.53067 17.73879  
Dow Jones Industriel 16778.15 100.25  
S&P 500 1960.39 9.57  
Can. Dollar .8908 .0006  
Mis à jour aux 15 minutes