Finance et investissement - Les pratiques des conseillers en placement sous la loupe
Concours
 
See also Investment Executive Samedi 16 décembre 2017 FINANCE ET INVESTISSEMENT en page d'accueil

Finance Investissement

Finance et Investissement.com

Les pratiques des conseillers en placement sous la loupe

Envoyer à un ami

Les pratiques des conseillers, première cause de plaintes aux organismes de réglementation des valeurs mobilières.

Pour une deuxième année consécutive, ce sont les conseillers en placement qui ont suscité le plus grand nombre de plaintes adressées aux organismes de réglementation des valeurs mobilières au Canada, principalement au chapitre de l’éthique, du service à la clientèle et de l’inscription. « Les plaintes découlent de pratiques des personnes inscrites qui font directement affaire avec les petits investisseurs, a indiqué M. Pierre Godin, président par intérim de la Commission des valeurs mobilières (CVMQ). Les divisions responsables de l’application sévissent contre ces pratiques, mais les investisseurs peuvent souvent éviter de tels problèmes en prenant des précautions toutes simples. » Les cinq premières causes de plaintes et la façon de vous en prémunir sont les suivantes : 1. L’éthique – Avant d’ouvrir un compte, discutez en long et en large de vos besoins et de vos objectifs en matière de placement avec votre conseiller et veillez à ce que ce dernier les prenne bien en note. Exposez clairement vos attentes et vos projets. Posez beaucoup de questions sur les placements qui vous sont recommandés. Renseignez-vous sur les risques possibles liés à un placement. N’adhérez pas à un placement à risque élevé ou à une stratégie où vous devez emprunter pour investir (effet de levier) avant d’y avoir mûrement réfléchi. Prenez connaissance du prospectus ou de la notice d’offre avant de souscrire des titres. 2. La vente par une personne non inscrite – Vérifiez auprès de la CVMQ si la personne avec qui vous traitez est inscrite et si elle est légalement autorisée à donner des conseils et à effectuer des opérations sur les titres concernés. 3. Le placement non inscrit et les titres dispensés – Pour éviter les placements de titres illégaux, demandez le prospectus ou la notice d’offre et prenez-en bien connaissance avant de souscrire des titres d’une société fermée. Évaluez dans quelle mesure vous connaissez les dirigeants de la société et vous leur faites confiance. Méfiez-vous des promesses de profits instantanés, de rendements élevés, d’inscription éventuelle en Bourse, ou encore de chiffres d’affaires et de bénéfices mirobolants. Sachez que les titres d’une société fermée sont non liquides, que les risques de défaillance sont élevés et que vous pourriez perdre la totalité de votre placement. 4. Les escroqueries et les fraudes, notamment la vente non inscrite – Les manœuvres frauduleuses peuvent se reconnaître aux indices suivants : placements à l’étranger ou secrets, rendements élevés avec garantie de faible risque et promesses de profits immédiats. N’effectuez pas un placement que vous ne comprenez pas. Faites preuve de toute la prudence nécessaire : posez beaucoup de questions et lisez attentivement toute la documentation. N’oubliez pas que ce qui est trop beau pour être vrai n’est probablement pas vrai. 5. Le service à la clientèle – Vérifiez les relevés de compte et confirmations qui vous sont envoyés et signalez sans délai toute irrégularité à votre conseiller. Voici les étapes que vous devez suivre pour porter plainte en tant qu’investisseur : 1. Communiquez avec le conseiller directement; prenez bonne note des conversations. 2. Écrivez au directeur de la succursale et envoyez une copie de la lettre au responsable de la conformité de la société. 3. Écrivez à la CVMQ. 4. Enfin, notez que la CVMQ ne peut recouvrer l’argent des investisseurs. Vous devez plutôt vous adresser à un avocat, qui pourra porter l’affaire devant le tribunal des petites créances, les tribunaux civils ou en arbitrage.