Finance et investissement - Commissions : clivage entre l'assurance, le plein exercice et l'épargne collective
Concours
 
See also Investment Executive Dimanche 18 février 2018 FINANCE ET INVESTISSEMENT en page d'accueil

Finance Investissement

Finance et Investissement.com

Commissions : clivage entre l'assurance, le plein exercice et l'épargne collective

Envoyer à un ami

1 2
nouvelle vedette

POINTAGE DES RÉGULATEURS - Selon vous, quel sera l’impact de l’obligation de divulguer les commissions et autres frais au dollar près, à compter de 2016, comme le prévoit le nouveau modèle de relation client-conseiller ?

Voici ce que les conseillers en plein exercice, en assurance et en épargne collective avaient à dire sur le sujet.

Plein exercice

Je suis d'accord avec la divulgation. Cela éveillera une certaine conscience chez le client. Je crois que les frais cachés sont sous-estimés ; ils seront tous apparents maintenant.

Aucun impact majeur.

Nous divulguons déjà les commissions et les frais. Ce sera à notre avantage.

Ce sera bon pour la relation entre clients et conseillers. Il y aura plus de transparence. Je pense cependant que cela prendra du temps avant de percevoir les changements.

Je vois cela comme une occasion d'affaires pour nous, qui sommes déjà transparents.

Les conseillers les plus faibles auront des difficultés.

Cela causera un choc important et pénible à court terme. Cependant, ce sera une bonne chose à long terme.

Je suis en faveur de plus de transparence. Cependant, cela doit être équitable pour tous les domaines financiers, ce qui n'est pas le cas actuellement.

C'est très bien. Les conseillers seront en mesure d'expliquer le travail qu'ils font et la rémunération qu'ils reçoivent.

Cela coûtera plus cher, car il faut modifier tous nos systèmes. Les coûts liés aux mises à jour seront l'impact le plus important.

Cela nuira à l'obtention de comptes de 100 000 $ ou moins.

Pour nous, c'est bien, puisque nous le faisons déjà. Ce sera plus difficile pour l'industrie dans son ensemble. Il y aura sûrement une période d'adaptation.

Comme en Australie et en Angleterre, environ 35 % des conseillers disparaîtront.

Ce sera bénéfique, car il y aura plus de transparence dans l'industrie. Par contre, je n'approuve pas la façon dont cela se fera.

Les clients devront modifier leur relation avec les conseillers.

 

 

1 2
SUR LE MÊME SUJET Pointage des régulateurs - édition 2014 - 14.04.01
CSF : vers une gouvernance améliorée - 14.04.01