Finance et investissement - Dette: les Québécois parmi les meilleurs élèves du pays
Concours
 
See also Investment Executive Dimanche 22 octobre 2017 FINANCE ET INVESTISSEMENT en page d'accueil

Finance Investissement

Finance et Investissement.com

Dette: les Québécois parmi les meilleurs élèves du pays

Envoyer à un ami

Même confrontés à une augmentation potentielle des taux d'intérêt, les consommateurs de partout au pays continuent d'emprunter et de dépenser dans une certaine mesure. Leur capacité générale à rembourser cet argent à temps reste cependant stable, indique Regina Malina, directrice principale des Données et analyses à Equifax Canada


Si une étude de Desjardins signalait la semaine dernière que les Québécois sont plus endettés que jamais, le rapport trimestriel publié par l'agence de crédit Equifax Canada permet d'atténuer les craintes à propos de la situation financière des consommateurs de la province.

Les Québécois affichaient en effet à la fin du deuxième trimestre la dette moyenne la plus faible du pays(18907$), tout juste devancés par les Manitobains(18536$), révèle le Rapport des tendances de crédit à la consommation d'Equifax Canada.

Le passif des consommateurs québécois est également 16% inférieur à celui des Canadiens (22595$). Soulignons que ces chiffres excluent les hypothèques.

Les Québécois font aussi figure de bon élève parce qu'ils ont augmenté leurs dettes à un rythme (+2,3%) plus modeste que les consommateurs de nombreuses autres provinces. À l'inverse, nos voisins ontariens ont le plus augmenté leurs emprunts au cours des douze derniers mois, soit de 5,1%.

Enfin, soulignons que le taux de délinquance sur les prêts s'est établi à 0,99% au Québec. Il a baissé de 6 points de pourcentage par rapport au même trimestre de l'an dernier.

Par type d'emprunt, ce sont les prêts à tempéraments (lorsqu'on achète un bien prévoyant le paiement sous forme de versements mensuels) qui ont connu la plus forte croissance sur 12 mois (+8,7%), suivi des prêts hypothécaires (+6,9%) et des prêts automobiles (+5,9%).

D'un point de vue de l'âge, les données canadiennes indiquent que le groupe des 65 ans et plus a connu la hausse la plus élevée de la dette moyenne (4,3 %) alors que les milléniaux ont connu la plus faible hausse (1,7 %).

« Les aînés continuent de nous surprendre par la façon dont ils gèrent leurs dettes, explique Regina Malina. Ils ajoutent à leurs dettes, ce qui devrait normalement être préoccupant. Cependant, ils n'ont aucun problème à faire leurs paiements. De même, il est encourageant de voir que les milléniaux améliorent leurs relations avec les dettes et respectent leurs paiements. »

SUR LE MÊME SUJET L'endettement risque de plomber l'économie - 17.08.01
L'endettement : principale préoccupation financière des milléniaux, selon BMO - 17.07.18
Le ratio de la dette des ménages a fléchi, mais se maintient à un quasi sommet - 17.06.14