Finance et investissement - Des actions pour renforcer votre portefeuille contre la volatilité
Concours
 
See also Investment Executive Mardi 26 septembre 2017 FINANCE ET INVESTISSEMENT en page d'accueil

Finance Investissement

Finance et Investissement.com

Des actions pour renforcer votre portefeuille contre la volatilité

Envoyer à un ami

nouvelle vedette
hywards / 123RF Banque d'images

Des sociétés incontournables aux finances solides et aux avantages concurrentiels durables, propres à vous faire survivre aux pires séismes boursiers.


Les niveaux de volatilité historiquement bas que nous constatons ont aidé les marchés boursiers à lentement s'apprécier ces dernières années. Toutefois, alors que les actions atteignent de nouveaux sommets et que les indices battent tous les records, on craint de plus en plus que le marché ne s'achemine dangereusement vers une surévaluation grossière.

Des indices comme le S&P 500 sont dominés par des secteurs volatils comme la technologie (son plus gros élément) qui prêtent à des chutes brutales, déclenchant une turbulence qui peut rapidement se propager à d'autres secteurs.

Par conséquent, bien que la volatilité des marchés boursiers soit la plus faible depuis 10 ans, le temps est peut-être venu pour les investisseurs de réajuster un peu leur portefeuille et de le protéger contre les tourmentes éventuelles du marché. Ceux qui cherchent les bonnes affaires devraient peut-être garder l'œil sur les actions, car les liquidations généralisées créent souvent d'excellentes occasions d'achat.

Les sociétés qui ont des finances solides et des avantages concurrentiels durables ont tendance à mieux résister que d'autres aux séismes boursiers. Certaines de ces actions se négocient à un important rabais par rapport à leur juste valeur, et elles ont de fortes bastilles économiques et des données fondamentales solides. Elles pourraient constituer des options attrayantes à considérer pour ceux qui cherchent à renforcer leur portefeuille contre la volatilité et d'autres aléas du marché boursier, selon le service de recherche sur les actions de Morningstar.

Acteur dominant sur la scène mondiale des collations, Mondelez (MDLZ) est propriétaire de nombreuses marques de produits domestiques bien connues comme Oreo, Chips Ahoy, Halls, Trident et Cadbury. Son portefeuille comprend des biscuits (41 % de ses ventes), du chocolat (30 %), des bonbons et de la gomme (15 %), des boissons (5,5 %) et du fromage et articles d'épicerie (8,5 %). La firme se procure le tiers de ses revenus dans les marchés en développement, près de 40 % en Europe et 24 % en Amérique du Nord.

Mondelez est une société incontournable dans l'industrie des aliments emballés. La société affiche une forte image de marque, avec une combinaison de sept marques connues qui génèrent chacune plus de 1 milliard de dollars (G$US) de ventes annuelles, et bénéficie d'une omniprésence mondiale, selon un rapport de Morningstar.

Avec une part de 15 % du marché mondial du chocolat et une part dominante de 18 % du marché mondial des biscuits, Mondelez est un partenaire précieux pour les détaillants qui cherchent des marques susceptibles d'assurer une fréquentation à leurs boutiques.

La directrice sectorielle de Morningstar Erin Lash prévoit des rendements solides du capital investi ces prochaines années, qui traduisent la solidité des avantages concurrentiels de la firme. « L'ampleur de l'avantage que détient cette firme est évidente dans son rendement ajusté du capital investi qui, selon nous, devrait excéder les 16 % d'ici l'exercice 2021, dépassant notre estimation du coût moyen pondéré du capital (7 %) », dit-elle.

La société fait aussi de très gros efforts pour limiter les coûts. « Nous prévoyons que les économies réalisées par Mondelez atteindront la cible de 1,5 G$US fixée par la société cette année, mais s'élèveront à 2,5 G$US pour l'exercice 2020, dont 65 %, selon nous, devraient aller directement aux bénéfices », dit Mme Lash, qui établit la valeur de l'action à 50 $US et projette que les marges bénéficiaires nettes de la société s'élèveront à 17 % d'ici 2018 pour atteindre 20 % d'ici 2026.

Chaîne mondiale de cafés-pâtisseries avec 26 200 implantations dans 70 pays, Starbucks (SBUX) vend du café, des expressos, toutes sortes de thés, des boissons mixtes, de la nourriture et des accessoires. La société distribue aussi des jus de fruits et pâtisseries emballés dans ses propres magasins et les chaînes d'épiceries, ainsi que des boissons en bouteilles et des crèmes glacées par le truchement de divers partenariats.

« Nous considérons Starbucks comme un exemple particulièrement convaincant de croissance dans l'espace mondial de la consommation d'aujourd'hui, une société bien positionnée pour assurer une croissance de son chiffre d'affaires et une expansion de sa marge bénéficiaire grâce à des menus innovants, des avantages concurrentiels durables et une évolution vers une plateforme diversifiée de produits conditionnés destinés à la vente au détail et au consommateur », dit un rapport de Morningstar.

Les occasions de croissance internationale présentées par cette chaîne, surtout en Chine, en Inde, au Japon et au Brésil, sont incontestables, car la société peut appliquer à ces régions les pratiques exemplaires développées aux États-Unis pour accélérer ses aspirations de croissance, dit le stratège sectoriel de Morningstar R. J. Hottovy.

Pour 2017, la direction cible entre autres l'ouverture de 2 100 nouveaux magasins (supposant une croissance unitaire de 8 %), une croissance mondiale des magasins comparables d'environ 5 % et des marges d'exploitation ajustées d'environ 20,2 %, soit une hausse par rapport à 19,9 % en 2016.

Les prévisions à plus long terme supposent l'ouverture de 2 200 nouveaux magasins par an pendant les 10 prochaines années, soit un nombre estimé de 47 700 magasins à l'échelle mondiale d'ici 2026 (une croissance unitaire annuelle de 6 %) et des marges d'exploitation consolidées atteignant 24 %.

Malgré ses projets de croissance ambitieux, Starbucks peut maintenir un versement de dividendes de 45 à 50 % les 10 prochaines années, ce qui suppose une croissance annuelle moyenne des dividendes dans les 15 ou 16 %, dit M. Hottovy, qui a élevé récemment l'estimation de juste valeur de la société de 66 $US à 70 $US incorporant en 2018 un ratio cours/bénéfices de 28, un ratio valeur d'entreprise/BAIIDA de 16, et un rendement des flux de trésorerie disponibles de 3 %.

Procter & Gamble (PG), premier fabricant mondial de produits de consommation, est propriétaire de produits non alimentaires comme Tide, Charmin, Pantene et Pampers, marques bien connues utilisées dans des millions de foyers du monde entier. L'entreprise se procure 60 % du total de ses ventes à l'extérieur des États-Unis, dont le tiers dans les marchés émergents.

« Les décisions stratégiques de P&G ces dernières années (comme l'élagage de son portefeuille de marques) indique que la société est en train de changer de peau pour devenir un protagoniste plus souple et plus perceptif dans l'arène de la consommation mondiale », dit un rapport de Morningstar.

Sur les 65 marques actuellement dans son portefeuille, 21 génèrent entre 1 G$US et 10 G$US de ventes annuelles et 11 autres de 500 M$ à 1 G$. Ces marques représentent déjà plus de 85 % du chiffre d'affaires de la firme et 95 % de ses profits.

De plus, P&G travaille très fort pour réduire 10 milliards $US de coûts en abaissant ses frais généraux et ses coûts de matériaux et en développant la productivité de ses activités de fabrication et de commercialisation, dit Mme Lash, qui établit la valeur de l'action à 94 $US, chiffre qui incorpore un ratio cours/bénéfices pour 2018 de 23 et un ratio valeur d'entreprise BAIIDA de 16.

SUR LE MÊME SUJET Des fonds pour affronter la volatilité - 15.10.15
Lutter activement contre la volatilité du portefeuille - 17.05.09
La volatilité au menu, selon Manon Létourneau - 17.01.19