Finance et investissement - Larguer les obligations est une mauvaise idée
Concours
 
See also Investment Executive Vendredi 15 décembre 2017 FINANCE ET INVESTISSEMENT en page d'accueil

Finance Investissement

Finance et Investissement.com

Larguer les obligations est une mauvaise idée

Envoyer à un ami

1
nouvelle vedette
prosign/123RF Banque d'images

Les taux d'intérêt sont fortement en hausse au Canada. Ceux à court terme se font particulièrement malmener. Est-ce le moment de se départir de ses fonds d'obligations ? Certainement pas, disent les experts consultés.

Pour toute l'année 2016, les ventes nettes de fonds communs de placement obligataires au pays ont représenté 8,4 % de l'actif total en FCP obligataires de janvier 2016, selon Investor Economics. Malgré la hausse marquée des taux d'intérêt depuis quelques mois, les ventes nettes demeurent positives cette année, selon les données de l'Institut des fonds d'investissement du Canada, y compris en septembre, alors que la Banque du Canada augmentait de 25 points de base son taux directeur, le 6 septembre.

«L'indice obligataire universel au Canada a perdu 1 % de sa valeur en septembre et est en recul de 3 % pour l'année au 30 septembre. Ces faibles rendements sont susceptibles d'avoir à court terme des répercussions négatives sur les flux de capitaux dans le marché obligataire. Au cours de l'année écoulée, certains fonds comme le fonds de revenu mensuel Pimco et le fonds à revenu stratégique Manuvie ont tiré leur épingle du jeu et ont vu leurs actifs croître passablement pendant cette période. Leurs stratégies ne sont pas classiques (plain vanilla) et peuvent inclure des obligations hypothécaires étrangères, des titres à rendement élevé et des obligations souveraines de pays étrangers», souligne James Gauthier, chef de la recherche sur les fonds chez Industrielle Alliance Valeurs mobilières.

Par ailleurs, la sous-catégorie des fonds d'obligations étrangères a également bien performé en 2016 et depuis le début de 2017, enregistrant une croissance de ses actifs ainsi que des ventes nettes positives, selon Investor Economics. Les entrées de capitaux dans plusieurs fonds mondiaux de revenu fixe sans contraintes ont été appréciables, selon Dan Hallett, analyste de fonds et vice-président de HighView Financial Group. Les fonds sans contraintes chercheront à générer du rendement en investissant dans plusieurs catégories d'actifs et divers secteurs. L'utilisation d'instruments dérivés est parfois permise. Ils ne sont généralement pas liés à un indice de référence.

«Il est toutefois beaucoup plus difficile de prévoir ce qui arrivera dans les prochains mois, vu la hausse appréciable des taux cette année au Canada», affirme Dan Hallett. Par exemple, le taux des obligations du gouvernement canadien à échéance à deux ans a presque triplé depuis douze mois, passant de 0,55 à 1,60 % en septembre dernier.

«Les mouvements d'actif dans les fonds de revenu fixe sont bien souvent le reflet de la performance récente, et donc passée, de cette catégorie d'actif plutôt que du rendement attendu dans le futur», observe Michael McHugh, vice-président et gestionnaire de portefeuille chez Gestion d'actifs 1832. Ce dernier supervise la gestion d'environ 7 G$ d'actif en revenu fixe pour les fonds Dynamique.

«L'engouement pour les fonds à haut rendement suit une période de bonne performance pour cette catégorie de titres. On se tourne vers des catégories d'actifs plus risqués, alors que la compensation en fonction du risque pour l'investisseur est à son plus bas depuis plusieurs années», constate le portefeuilliste.

«Comme investisseur, on doit plutôt se demander quelle est la bonne composante de risque à détenir dans le portefeuille lorsqu'on détermine l'allocation des actifs. Ceci inclut le type de crédit, la durée et la composition sectorielle des titres. Ne sachant pas ce que nous réserve l'avenir, il faut déterminer quel compromis est acceptable et justifie d'augmenter ces risques si les choses ne se passent pas comme prévu. On veut éviter de surpondérer ou de sous-pondérer certaines catégories d'actifs», ajoute Michael McHugh.

«Tout ce qui concerne le crédit corporatif nous semble actuellement cher. Nous avons donc diminué nos positions dans les obligations à rendement élevé. Dans notre portefeuille de titres de bonne qualité (investment grade), nous avons augmenté la qualité du crédit tout en réduisant légèrement notre duration», précise-t-il.

Plaidoyer pour la qualité

Depuis un an, les taux d'intérêt sont en hausse et pourraient monter encore dans les prochains mois, particulièrement dans le segment à court terme de la courbe, selon James Gauthier : «Nous ne sommes cependant pas des prévisionnistes de taux d'intérêt. Nous croyons que les obligations de grande qualité doivent faire partie d'un portefeuille afin de jouer leur rôle de filet de sécurité et de protection dans le cas d'une récession ou d'une catastrophe boursière. Ceux qui détiennent des obligations pour cette raison doivent continuer à le faire.»

Pour ces clients, réduire l'allocation en obligations pour acheter plus d'actions ne serait pas une bonne tactique, estime James Gauthier : «Ceux qui souhaitent rehausser la performance

> obligations suite page 13

de leurs placements en ajoutant des titres à rendement élevé doivent le faire de manière modérée. On pourrait donc détenir entre 10 % et 30 % de la portion à revenu fixe du portefeuille dans de tels titres, tout dépendant des besoins du client et de sa tolérance au risque.»

Les clients inquiets ne devraient pas écarter l'idée de placer temporairement des montants dans des fonds sécuritaires, soutient James Gauthier. «Les comptes d'épargne à intérêt élevé (High ISA) offrent des rendements autour de 1,5 %, souvent sans frais.» Ils sont également admissibles à la protection de 100 000 $ de la Société d'assurance-dépôts du Canada.

«Pour gagner de nouveaux actifs, certains conseillers seront prêts à chasser le rendement et cela peut être risqué», remarque Dan Hallett. Selon lui, les obligations de grande qualité auront toujours leur place dans le portefeuille des épargnants et en posséder au moins 50 % de la portion à revenu fixe du portefeuille a du sens. Ils permettent de stabiliser les revenus et vont protéger le portefeuille en limitant les pertes en période de grande volatilité boursière.

1