Bouton 15e
 
See also Investment Executive Mercredi 23 juillet 2014 FINANCE ET INVESTISSEMENT en page d'accueil

Finance Investissement

Finance et Investissement.com

La popularité des rentes viagères

1 2
OUTILS
Envoyer à un ami

Envoyer à un ami

Imprimer
Nous écrire
Bookmark and Share

C'est un marché de 326 g$ en Amérique du Nord, qui pourrait atteindre 368 G$ d'ici deux ans, estiment les consultants de Celent, la filiale spécialisée dans l'industrie financière du Groupe Oliver Wyman.

En septembre, la firme a publié une étude intitulée «North American Annuities 2012: Market Trends and Technology Considerations».

Le rapport fait état d'une croissance de 12 % des ventes de rentes liées à un indice en Amérique du Nord en 2011, par rapport à l'année précédente. Les ventes atteignaient 155 G$ l'an dernier.

Le marché des rentes viagères devrait croître de 4 % par an sur l'échiquier nord-américain jusqu'en 2014, estime Celent. «Actuellement, une rente immédiate rapporte environ 6 % de revenus viagers», explique Michelle Ostermann, vice-présidente adjointe, produits de placement garanti, chez Investissements Manuvie. «Ce type de produit intéresse beaucoup de gens. Il y a peu d'endroits où vous obtenez 6 % ces jours-ci», dit-elle.

«On observe une croissance du volume d'affaires plus importante qu'auparavant», confirme Ivon T. Hughes, président de Hughes Trustco Group, un courtier pancanadien qui ne distribue que des rentes viagères.

«Les individus qui disposent d'un revenu d'une caisse de retraite sont inquiets», constate Ivon Hughes. Ils se demandent si leur ancien employeur «sera en mesure de payer leurs prestations de retraite. Ils effectuent alors des roulements vers des rentes», pour exercer un certain contrôle sur le risque, dit-il. Le phénomène stimulerait la demande au Canada.

Un Québec distinct

Cette effervescence se constate plus rarement au Québec, cependant. «En ce moment, les gens achètent moins de rentes viagères», déclare Alain Bolduc, planificateur financier chez Assurances Rodrigue et Roy.

Le produit pâtit de la méconnaissance des clients, en plus d'être «méconnu des conseillers», remarque Alain Bolduc, qui estime que les assureurs n'en font pas suffisamment la promotion.

En outre, certains émettent des réserves quant à l'utilité de la rente viagère dans certaines situations. «Pour l'investisseur qui dispose d'un régime de [retraite à prestations] déterminées, la rente viagère n'ajoute pas grand-chose», déclare Nathaly Gagnon, planificatrice financière chez Groupe Investors.

En fait, la pertinence de la rente viagère dépend de la situation de celui qui l'achète. Taux d'intérêt obligent, les fonds de revenus attirent les investisseurs en ce moment. Cependant, «il n'y a pas de garantie à vie» en ce qui concerne le revenu que procurent ces produits, rappelle Michelle Ostermann. Pour un retraité, «la possibilité d'épuiser le capital est assez élevée» avec ces fonds, qui «ne produisent pas assez de rendement», soutient-elle.

«C'est la plus grande crainte en ce moment», confirme Alain Bolduc. En conséquence, «certains investisseurs se positionnent à la hausse sur la courbe des risques, dit Michelle Ostermann. Ils choisissent des fonds plus agressifs pour obtenir du rendement supplémentaire.»

«Les conseillers comprennent que certains retraités ne peuvent pas se permettre de prendre ce risque supplémentaire», poursuit-elle. La rente viagère est alors une solution.

Tolérance

1 2
Suivez-nous sur Linked In

Indices boursiers