CASL Oreillette
 
See also Investment Executive Jeudi 21 août 2014 FINANCE ET INVESTISSEMENT en page d'accueil

Finance Investissement

Finance et Investissement.com

Un goût amer pour l'industrie

1 2
OUTILS
Envoyer à un ami

Envoyer à un ami

Imprimer
Nous écrire
Bookmark and Share
EN SAVOIR PLUS
Encadrés

Encadrés liés à cet article

Une mesure du récent budget du gouvernement de Pauline Marois irrite les institutions financières québécoises, notamment les cabinets multidisciplinaires.

Le plan budgétaire adopté à l'Assemblée nationale à la fin de novembre prévoit une nouvelle hausse d'impôt de 310 M$ sur trois ans pour les banques, les assureurs, les sociétés de fiducie, les caisses d'épargne et de crédit ainsi que les cabinets de distribution de services financiers.

Cette augmentation s'applique depuis janvier 2013 sur les salaires que versent ces institutions, à l'exception des sociétés d'assurance, lesquelles sont plutôt taxées sur les primes.

Pour l'industrie, cette hausse de coût s'ajoute à une autre ponction fiscale annoncée en septembre 2011, qui découle de l'entente d'harmonisation de la taxe de vente du Québec (TVQ) et de la taxe sur les produits et services (TPS) fédérale. Le ministère des Finances du Québec la chiffrait alors à quelque 250 M$ par an à partir de 2013, pour un total de 2,29 G$ sur neuf ans.

Mécanique de la hausse

La mécanique de la nouvelle ponction fiscale de 310 M$ est aussi liée à l'entente d'harmonisation de la TVQ et de la TPS, conclue entre Québec et Ottawa en septembre 2011.

Cette entente retirait déjà aux institutions financières un privilège accordé lors de l'instauration de la TVQ, en 1992. À cette époque, pour éviter que les sociétés financières québécoises ne déplacent leurs achats vers l'Ontario, Québec leur a permis d'obtenir le remboursement de la TVQ payée sur les achats, à l'instar des autres entreprises commerciales. Et ce, même si elles ne percevaient ni TVQ ni TPS sur leurs services.

Jusqu'au 31 décembre dernier, les institutions financières ont ainsi profité d'un remboursement de la taxe sur leurs intrants (RTI). En contrepartie, elles devaient payer une autre taxe, appelée taxe compensatoire, attribuable à l'impact sur les finances publiques du fait d'accorder des RTI. Celle-ci s'appliquait entre autres sur la masse salariale des institutions financières.

L'entente fédérale-provinciale prévoyait donc déjà au 1er janvier l'abandon du RTI, combiné à une réduction progressive de la taxe compensatoire jusqu'au 31 mars 2014. Plusieurs institutions financières, dont les PME de services financiers, étaient déjà pénalisées de 250 M$ par an par cet abandon.

Le nouveau budget du Québec prévoit une diminution à un rythme plus lent - jusqu'au 31 mars 2019 - de la taxe compensatoire, ce qui revient à une hausse d'impôt pour les institutions financières. Cette contribution supplémentaire des institutions financières a pour but «d'accroître [leur] participation aux efforts actuels de retour à l'équilibre budgétaire», indique le plan budgétaire.

Lors du dépôt du budget, le ministre des Finances, Nicolas Marceau, ne s'est pas formalisé du sort des institutions financières en conférence de presse : «C'est une industrie assez concurrentielle. Une partie de cette imposition n'est pas trop problématique. Les profits de ces institutions augmentent année après année et je ne crois pas qu'on les mette en péril.»

Plus coûteux

1 2
Suivez-nous sur Linked In

Indices boursiers

Symbole Cours $ Variation $ Variation
S&P/TSX Composé 15556.09 -5.86  
NASDAQ Composé 4532.10437 5.62242  
Dow Jones Industriel 17039.49 60.36  
S&P 500 1992.37 5.86  
Can. Dollar .9137 .0022  
Mis à jour aux 15 minutes