Finance et investissement - Choisir selon la logique et non la politique
Concours
 
See also Investment Executive Vendredi 18 août 2017 FINANCE ET INVESTISSEMENT en page d'accueil

Finance Investissement

Finance et Investissement.com

Choisir selon la logique et non la politique

Envoyer à un ami

1
nouvelle vedette
fgnopporn / Banque d'images

Une recherche de l'institut C.D. Howe suggère que le Canada adopte une formule actuarielle basée sur la logique pour déterminer l'âge d'accès aux prestations de vieillesse au lieu de s'en remettre aux hommes d'État qui choisissent un chiffre au gré de leurs besoins politiques. Selon cette méthode, l'âge de la retraite passerait de 65 à 66 ans dès 2025.

Il y a environ un an, Robert L. Brown, chercheur, actuaire et analyste chez RBC Assurances, qui s'est intéressé à la question de la retraite durant la majeure partie de sa vie, a découvert une formule, élaborée par des actuaires du Royaume-Uni pour le gouvernement britannique, pour hausser l'âge d'admissibilité.

Il s'est immédiatement mis en tête d'appliquer cette même formule au système canadien. Il s'est donc associé à l'Université de Waterloo pour le faire et a recruté une assistante de recherche, Shantel Aris.

«Leur méthode est simple et claire, et se base sur des modèles démographiques ainsi que sur une logique actuarielle. C'est ce qui m'a attiré. Elle va au-delà de la décision politique», explique Robert L. Brown.

Il précise que la décision de Stephen Harper de hausser l'âge de la retraite à 67 ans en 2012 et celle de Justin Trudeau de le maintenir à 65 ans en 2016 n'étaient pas tirées de calculs précis, mais bien de motivations partiales.

«L'âge de 65 ans appliqué aux programmes est tout à fait arbitraire, confirme aussi Martin Dupras, planificateur financier et expert de la retraite. Je trouve très intéressant d'associer une méthode rationnelle à l'établissement de l'âge de la retraite.»

La saine gestion

L'étude mentionne la prémisse courante selon laquelle le filet de sécurité social canadien pour la vieillesse risque de s'effriter en raison de la baisse du taux de natalité, de la croissance de l'espérance de vie et du vieillissement de la population générale.

L'argument principal des auteurs n'est toutefois pas que les systèmes de pension actuels ne sont pas viables à long terme. Ils estiment plutôt que les repenser selon une logique actuarielle pourrait les rendre plus justes, efficaces et acceptables pour la population.

«[La méthode proposée] aiderait le système de sécurité social canadien à atteindre cinq objectifs : augmenter la probabilité qu'il soit durable, augmenter la crédibilité du public quant à cette durabilité, améliorer l'équité intergénérationnelle, réduire les coûts totaux du régime public et créer un incitatif pour les travailleurs à demeurer sur le marché du travail plus longtemps», indique l'étude.

Martin Dupras voit somme toute d'un bon oeil ce genre d'exercice de réflexion, lui qui, au départ, n'était pas nécessairement pour le report de l'âge d'accessibilité à la Pension de la Sécurité de la vieillesse (PSV) et au Supplément de revenu garanti (SRG).

«Comme beaucoup de gens, j'étais assez critique de ce report qui créerait une forme d'iniquité. Cela dit, je suis forcé d'admettre que tous les régimes, et ce, dans le monde entier, subissent une pression de plus en plus grande, notamment avec l'espérance de vie qui augmente. En saine gestion, oui il faut se questionner. Je n'ai pas la solution, mais les régimes coûtent excessivement cher.»

Perspective internationale

Tout d'abord, il faut noter qu'il existe une tendance à réviser les systèmes publics de pension ailleurs dans le monde, particulièrement en Europe et dans les pays scandinaves, qui sont souvent adulés pour leurs programmes sociaux. En plus du Royaume-Uni, la Finlande, la Suède et la Norvège sont des pays cités dans l'étude de l'Institut C.D. Howe.

Depuis 2005, la Finlande a mis en place une réforme flexible qui permet aux gens de prendre leur retraite entre 63 et 68 ans. L'âge était auparavant fixé à 65 ans. Le pays a au même moment implanté un coefficient qui régule les dépenses du gouvernement en fonction de l'évolution de l'espérance de vie. Les travailleurs ont la possibilité d'amoindrir l'effet du coefficient en prolongeant leur carrière. En 2014, la Finlande a ensuite décidé de hausser l'âge d'admissibilité progressivement pour que l'échelle soit fixée entre 65 et 70 ans en 2025. Selon le plan, la mesure sera révisée tous les cinq ans.

En Suède, les prestations de retraite déterminées sont calculées selon le montant total des contributions au régime, et non selon le nombre d'années travaillées. Les bénéfices sont réduits si l'espérance de vie s'allonge. De plus, le paiement annuel des prestations inclut les changements à l'inflation. Le gouvernement suédois a commencé à augmenter graduellement l'âge minimum de la retraite du régime public en 2015, alors qu'il était de 61 ans, pour atteindre 63 ans en 2019. Les bénéficiaires qui sont déçus du montant calculé pour eux peuvent continuer à travailler jusqu'à ce qu'ils atteignent le pourcentage désiré.

En 2011, la Norvège a intégré un nouveau système public de pension garantie basé sur les revenus. La rente est évaluée en fonction de l'espérance de vie. L'âge d'admissibilité est fixé à 67 ans pour le public, mais une échelle plus flexible de 62 à 75 ans est établie pour les régimes professionnels.

Martin Dupras trouve pertinente cette perspective sur les régimes européens. «Souvent au Québec, nous aimons nous comparer aux pays scandinaves pour leurs avantages sociaux, etc. Si nous voulons être honnêtes intellectuellement, il faut aussi considérer l'ensemble des mesures [qu'ils implantent]», fait-il remarquer.

Le modèle suggéré pour le Canada

Pour Robert L. Brown, le modèle britannique, qui est centré sur une mesure constante, soit la proportion de la vie que les gens vont passer à la retraite, était celui qui était le plus facilement applicable au Canada. Au Royaume-Uni, cette proportion est de 33 %. Les chercheurs ont ciblé celle du Canada à 34 %.

1