Finance et investissement - Ébullition du secteur des FNB à gestion active
Concours
 
See also Investment Executive Vendredi 15 décembre 2017 FINANCE ET INVESTISSEMENT en page d'accueil

Finance Investissement

Finance et Investissement.com

Ébullition du secteur des FNB à gestion active

Envoyer à un ami

1
nouvelle vedette
iqoncept_123RF Banque d'images

GUIDE FNB - Ils gagnent en popularité au pays.

Les FNB à gestion active sont de moins en moins marginaux sur le marché canadien. De juin 2014 à juin 2016, la part de marché de ce type de FNB, exprimée en termes d'actif géré, est passée de 9,5 à 13,8 %, selon Investor Economics. Ainsi, durant cette période, l'actif sous gestion de ces FNB est passé de 6,6 à 14,2 G $, et le nombre de fonds offerts, de 70 à 130. On observe aussi cette croissance à la fin de 2016 et au début de 2017.

L'an dernier, à titre d'exemple, Placements Mackenzie a lancé sur le marché une série de FNB à gestion active, suivis par des FNB à bêta judicieux (smart beta). First Asset et Vanguard ont aussi investi ce terrain avec des lancements de FNB gérés activement. De nouveaux acteurs se sont présentés également dans ce segment du marché, dont Hamilton Capital et Questrade. Harvest a converti sept fonds fermés en FNB actifs. Sphere and Wisdom Tree ont quant à eux inauguré leurs nouvelles séries de fonds judicieux, que certains assimilent dans l'industrie à la gestion active, alors que d'autres hésitent davantage à leur accoler cette étiquette. Bref, l'élan ne semble pas s'essouffler. En début d'année, c'était au tour de Dynamique et de BlackRock de saisir la balle au bond avec cinq FNB gérés activement.

Toutes proportions gardées, la popularité des FNB à gestion active est plus grande au Canada qu'aux États-Unis, bien que leur nombre au sud de la frontière ait grimpé de 73 à 173 en trois ans, selon le Financial Times.

«Ce n'est toutefois que moins de 1 % des actifs gérés par les FNB américains qui le sont de façon active alors qu'au Canada, c'est environ 15 %», constate Marie Chantal Lauzon, vice-présidente, développement des affaires au Québec, de Horizons ETFs Management. «Chez nous, c'est même plus. Sur les 7 G $ que l'on gère, 3,5 G $ le sont activement.»

Alain Desbiens, vice-président Québec et Atlantique, FNB BMO Gestion mondiale d'actifs, nuance ces chiffres. «Ces statistiques additionnent les ventes de fonds actifs à celles des fonds à bêta judicieux, qui ne sont pas à proprement parler, selon nous, des fonds à gestion active.»

Point de vue partagé par François Bourdon, chef adjoint des placements à Fiera Capital, pour qui les fonds factoriels ou à bêta judicieux ne sont qu'une version améliorée des fonds indiciels. «Ils tentent toujours de reproduire un indice même si ce dernier est amélioré», estime celui qui gère le Horizons Active Preferred Share (HPR), le premier FNB canadien à gestion active à franchir le cap du 1 G $ d'actif sous gestion.

Innovation au menu

Comment expliquer le succès des FNB à gestion active ? Yves Rebetez, directeur général de ETF Insight, s'avance : «Les FNB ne sont qu'un mécanisme comme un autre d'atteindre une stratégie de placement supérieure à d'autres options en matière de coûts ou sur le plan fiscal.»

De son côté, Tyler Mordy, président et chef des placements chez Forstrong, propriété à plus de 70 % d'iA Groupe financier, fait remarquer qu'à l'origine les fonds communs de placement étaient plutôt actifs et les FNB passifs, mais que cette distinction s'estompe avec le temps. «Le FNB est un outil qui permet de mieux structurer les portefeuilles, de les rendre plus robustes et de les diversifier plus simplement», martèle le titulaire du titre CFA.

La croissance de ce secteur découle aussi de l'éventail de l'offre sur le marché. «Comme les manufacturiers existants ont déjà couvert l'ensemble des possibilités en matière de gestion passive ou indicielle, il est normal d'assister à des lancements de FNB à gestion active puisque ce territoire est encore vierge», suggère Yves Rebetez. Il fait remarquer du coup que de nombreux fonds actifs sont lancés par des fabricants de fonds communs.

Laurent Boukobza, vice-président distribution de FNB chez Placements Mackenzie, dresse un constat similaire : «Il y a un nombre limité d'indices à reproduire, s'il y a déjà trois ou quatre acteurs qui offrent la gestion indicielle, il n'y a plus place pour de l'innovation de ce côté.»

Warren Collier, directeur général et responsable des fonds iShares chez BlackRock Canada, explique la stratégie de sa firme. Cette dernière vient de lancer sur le marché cinq FNB actifs en collaboration avec Dynamique. «Nous avons décidé d'allier notre offre de FNB à l'expertise de Dynamique, qui compte déjà sur une équipe de gestionnaires actifs chevronnés», explique ce dernier.

De plus, des conseillers en placement s'intéressent à la gestion active sous forme de FNB, dont Vincent Cliche, de la Financière Banque Nationale. «Je crois que les marchés sont inefficients et que l'on peut donc faire mieux qu'eux. Je choisis donc des FNB actifs. La beauté des FNB repose sur le fait que l'on peut jumeler des philosophies de placement différentes.» Vincent Cliche souligne que la question des frais n'est pas primordiale, mais aime bien que les frais moindres des FNB lui permettent de dégager un espace pour sa rémunération sans pénaliser le client. «Si les frais du FNB sont disons de 0,5 % et que je facture 1,2 ou 1,3 % en surcroît, c'est encore moins que les frais de gestion de 2 ou 3 % d'un FCP», calcule-t-il.

Populaire, le revenu fixe

Aux États-Unis, la grande majorité des fonds gérés activement ont comme actif sous-jacent des titres à revenu fixe, selon le Financial Times. Qu'en est-il au Canada ?

Tyler Mordy y va d'une explication : «Aux États-Unis, contrairement à ici, il existe un star-système des gestionnaires. Les gens aiment savoir à qui ils confient leur argent.» Il cite en exemple le portefeuilliste Bill Gross, perçu comme une vedette. Forstrong vient d'être choisi pour gérer activement sept portefeuilles de FNB du robot-conseiller Wealthsimple, filiale de la Financière Power.

Il est difficile de savoir si cette tendance en faveur des FNB à gestion active de revenus fixes s'exprime au Canada. Cela dit, en 2016, les FNB de titres à revenu fixe en général ont représenté 38,1 % des créations nettes de FNB au Canada par rapport à 60 % de celles-ci pour les FNB d'actions, selon Investor Economics. L'actif sous gestion des FNB de revenu fixe s'élevait à 30 % du marché canadien et celui des FNB d'actions, à 68 %. En 2016, BMO Gestion mondiale d'actifs a attiré la moitié de la création nette de FNB de revenu fixe.

1