Comment ne pas embaucher la bonne personne

Envoyer à un ami

nouvelle vedette
kzenon_123RF Banque d'images

FI RELÈVE – Faire une bonne embauche est cruciale pour le développement d’un cabinet. Si le processus est mal fait, il peut être coûteux. 




Le conseiller qui amorce sa pratique, par exemple, et qui doit embaucher un (e) adjoint (e) ou quelqu'un pour l'appuyer dans son développement des affaires, ne bénéficie souvent que d'une marge de manœuvre financière limité pour cette démarche, et dispose souvent, dans les circonstances, de bien peu de temps pour y parvenir. Il ne peut pas se permettre d'embaucher la mauvaise personne. 



Le processus doit donc s'appuyer sur des facteurs solides et objectifs, comme le rappelle la Banque de développement du Canada (BDC). 

Elle propose sept éléments afin d'éviter de prendre de mauvaises décisions.

Bien identifier la mission

« Pour recruter le meilleur candidat, vous devez connaître les besoins de votre entreprise », écrit la BDC.

Le conseiller qui veut embaucher quelqu'un doit faire une introspection et identifier quelles sont la mission et les valeurs de sa firme.

À partir de cette analyse, il sera à même de mieux cerner les besoins qu'il veut combler et le type de personne recherchée.

Un poste détaillé

La description de poste est la clé pour obtenir de bonnes candidatures.

La BDC suggère de créer une description pour chaque poste dans l'entreprise, comprenant les responsabilités, les compétences, l'expérience recherchée.

Il faut ensuite bien communiquer le tout aux candidats en entrevue.

Structurer les entrevues adéquatement

«Préparez une fiche d'évaluation qui vous permettra de noter et de comparer la performance des candidats selon une série de critères », suggère la Banque de développement.

Elle propose d'avoir plusieurs rencontres avec les candidats sérieux et d'impliquer des gens de confiance autour de vous lors des entrevues.

La BDC précise également qu'il est préférable d'utiliser des techniques d'entrevues « axées sur le comportement ». Par exemple, en demandant à la personne de décrire comment ils ont géré des défis précis dans des postes précédents.

Mettre les candidats à l'épreuve

Dans le cadre du poste soumis à l'embauche, le candidat aura à remplir certaines responsabilités. Le conseiller doit s'assurer que la personne soit en mesure de répondre aux responsabilités auxquelles elle fera face dans le cadre de son emploi.

Ce qui peut signifier, los du processus d'embauche d'une adjointe, de faire passer des tests écrits ou téléphoniques.

Au-delà du C.V.

Être qualifié sur papier ne signifie pas être le meilleur à un poste précis.

« Faites parler les candidats de leurs intérêts, leurs ambitions et leurs priorités », indique la BDC.

Importantes références

Vérifier les références est un impératif pour un conseiller qui embauche. Il s'agit d'une des sources d'information les plus solides.

Intégration complète

Le travail ne s'arrête pas une fois l'embauche complétée. L'intégration du nouvel employé est essentielle.

« Une étude indique qu'un solide programme d'orientation permet d'augmenter jusqu'à 40 % le taux de rétention des nouveaux employés », écrit la BDC.

Elle suggère, par exemple, de jumeler le nouvel employé à un employé expérimenté.